Vous êtes ici : Histoire > Projet gravière 1996 > 7. Redland raconte ce qui l’intéresse
7. Redland raconte ce qui l’intéresse

abuse le public et les élus municipaux

Ce projet contient des nuisances très sérieuses évoquées par d’autres, et minimisées par Redland, concernant : Les bruits et poussières que le Mistral et la Tramontane pousseront allègrement vers le village, les pollutions accidentelles, le tapis roulant de plusieurs kilomètres condamnant l’accès en Durance pendant des années..., aussi je crois regrettable que les élus qui vont avoir à nouveau à se prononcer n’aient pas étudié ce dossier gravière. La lecture aurait permis de comprendre comment les élus en particulier sont considérés.

J’ai cru bon de vous en donner quelques impressions.

L’annonce, dans le document 2 page 5, de la future naissance d’un plan d’eau, laisse une impression enthousiasmante aux lecteurs du dossier Redland : "Des abords aménagés, des zones naturelles réservées, le tout géré par la Commune qui envisage pour celui-ci une vocation de tourisme - loisirs, et a demandé à Redland de réserver une surface de 2,6 ha pour lui permettre d’implanter les installations qu’elle désire afin d’y accueillir pêcheurs, touristes...".

Il en ressort une impression de projets fabuleux et prometteurs. On sait maintenant ce que valent ces promesses...

Mais ce qui laisse pantois, c’est que Redland, en accord avec la Commune, a aussi établi une commission de suivi du projet dont M. le Maire fait partie...

Le public pense alors que les élus de Barbentane en bavent d’envie de ce plan d’eau...

Redland en fait vraiment un peu trop !

Certes, il y a eu la visite à Peyrolles organisée par Redland afin d’illustrer les possibilités futures de lac et baignade, des séances d’informations dirigées par Redland, mais aucune commission municipale n’a jamais été organisée pour réfléchir à cet important dossier, aucun Conseil Municipal n’a été convoqué pour en débattre avant le 13 février 1998 !

M. le Maire s’est certes prêté à des négociations discrètes avec Redland, mais les élus n’ont jamais eu les moyens de prendre en main ce dossier et aucun adjoint n’a été chargé d’une telle étude.

Pourtant, le dossier soumis à l’enquête publique, évoque en long et en large, sur un nombre incalculable de pages et à tous les propos possibles, les nombreuses consultations - informations - concertations, organisées avec la municipalité de Barbentane et les Associations locales. Elles donnent ainsi à celui-ci un caractère consensuel construit après une longue procédure, supposée démocratique. Il se conclut par des conventions proposées, des aménagements définis en commun, des projets futurisés ensemble, des partenariats souhaités... Toutes choses qui permettent aujourd’hui par des interprétations abusives de laisser croire à un accord total !

Or, non seulement les élus n’ont jamais donné leur accord à M. le Maire pour engager des pourparlers, mais il est étonnant de constater que nulle part dans ce dossier ne figure le fait qu’une majorité d’élus s’est prononcée officiellement contre le projet au cours de la séance du Conseil Municipal du 13 février 1998.

Et cette omission en dit long sur la façon de procéder de cette société...

Quand à l’affirmation qui tend à laisser supposer qu’un comité de suivi du projet est déjà installé, elle est surprenante car l’assemblée communale n’en a jamais délibéré et la convention avec la Commune, imaginée et proposée par Redland, a reçu un avis défavorable au cours de la même séance. Bref, vous l’avez peut-être compris, les élus n’ont plus rien à dire, on parle et on écrit pour eux, avec l’accord de M. le Maire qui est pour la négociation...

L’ouverture de l’enquête publique du 10 juin au 10 juillet 1998 est aussi révélatrice : les agriculteurs récoltent, chacun prépare kermesses ou fêtes, est ou s’apprête à partir en congés, suit Roland Garros ou le Mondial.... N’est-ce pas l’idéal pour détourner l’attention sur un projet qui va avoir de graves conséquences pour le village ?

Comment de tels agissements sont possibles de la part d’une entreprise qui nous promet de mettre en place un partenariat futur avec ceux qu’elles considèrent déjà comme une quantité négligeable ? On peut donc se demander si l’ensemble du dossier soumis à l’enquête publique peut encore avoir une crédibilité ! En effet, comment faire confiance aux auteurs de telles pratiques ou affirmations ?

Et au fur et à mesure que la date de fin d’enquête approche, Redland accentue la pression :
- Les élus opposés au projet reçoivent des promesses nouvelles et alléchantes qui laissent supposer que les premiers négociateurs ont été d’une grande naïveté ou que Redland met sur la table un menu qui devrait appâter les plus sensibles, espérant ainsi faire pencher définitivement la balance en sa faveur ! Redland et les élus qui se prêtent à ce jeu ignorent ou font semblant d’ignorer que tous les engagements ou promesses n’ont aucun caractère obligatoire, s’ils ne sont pas écrits dans le dossier soumis à l’enquête. Le reste n’est que gesticulation et esbroufe...
- L’association "Vivre à Barbentane", seule structure ayant vraiment travaillé ce dossier, continue les discussions avec Redland, preuve s’il en était besoin, que les longs mois de "concertation passée" n’ont hélas pas suffi à éclaircir un dossier contesté et se détermine clairement contre le projet...
- Les agriculteurs, réunis par leur syndicat et Chambre d’agriculture, entendent dire que s’ils refusent la gravière, il n’y aura plus de possibilité de voir des projets se développer en zone agricole et que la perspective de lotir autour de leur mas ne pourra avoir lieu. Et, comme si cela ne suffisait pas, Redland "promet" même de financer les travaux d’irrigation en cours... Même les agriculteurs ne sont pas assez naïfs pour avaler ces arguties puisque 11% d’entre eux ont voté pour, 71% ont voté contre la gravière démontrant ainsi leurs doutes sur le bien fondé d’un tel projet, leur souci de protéger le secteur agricole et le village des menaces qu’il fait peser sur eux, tout en donnant une réponse claire aux méthodes de Redland.

Ceux qui ont favorisé les discussions sur les projets du Grand A, ou laissé entendre que la zone constructible va être étendue autour des mas..., comprendront trop tard leurs bêtises et les conséquences relationnelles qu’elles vont avoir.... Ceux qui ont négocié en catimini et laissé se développer des pratiques aussi contestables porteront une lourde responsabilité dans ce dossier...

Ceux qui auraient souhaité une étude sérieuse, un dossier présenté avec intelligence, un débat correct parce qu’ils souhaitent ne pas commettre d’erreurs et veulent décider en connaissance de cause ce qui est mieux pour le village, découvrent un gâchis lourd de conséquences, alors qu’ils ont cru pouvoir faire confiance à leurs responsables !

Il n’y a pas si longtemps, on nous avait promis la transparence et la communication !

Où est passée la promesse d’informations à la population lorsqu’un dossier important le mérite ?

Où est passée la promesse de référendum évoquée dans la foulée ?

Et la réunion publique, prévue quand les élus semblaient favorables à la gravière ?

Redland peut donc pousser le bouchon aussi loin qu’il veut, le silence et la complaisance de la municipalité sont impressionnants, et nous allons bientôt vérifier si une démarche aussi néfaste a le succès espéré !

En tant qu’élu, je dénonce ces façons de faire, et je demande à M. le Maire, avant qu’il ne soit trop tard, de prendre les dispositions qui s’imposent pour exprimer le désaccord de l’Assemblée communale auprès des autorités concernées. Dans le cas contraire, je vous demanderai de prendre nous-mêmes les initiatives nécessaires destinées à suppléer la lacune municipale.

En attendant, vous savez pourquoi je vote contre le projet de gravière et, comme l’ensemble des responsables et structures concernées, vous demande d’en faire autant, en sachant qu’une fois celui-ci écarté, il faudra tenter de reprendre le débat sur ce que nous voulons et pouvons faire pour notre village.
Le 8 juillet 98

Maurice Courdon Adjoint délégué

Après l’avis favorable des commissaires enquêteurs, le projet Redland a reçu le feu vert à l’enquête publique, a été refusé par le Conseil municipal de Barbentane et, la société Redland ayant été rachetée par la société Lafarge, celle-ci n’a pas donné suite au dossier.

En 2002 et 2003, les inondations sont de retour au village ! et la plaine agricole est déclarée inconstructible !


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page