Vous êtes ici : Histoire > Projet gravière 1996 > 6. La gravière n’est pas un projet économique
6. La gravière n’est pas un projet économique

Certes toute entreprise est en soi une activité économique. Mais de l’entreprise style gravière, au projet ayant des retombées économiques massives, il y a une différence : la gravière parle de 200 000 F par an soit 17 000 F par mois environ et le maintien des ouvriers de Rognonas. Comme si Callet puis Redland nous avait attendus pour licencier des dizaines de personnes dans les années passées !

Comparativement, une maison de santé, collège ou un centre de rééducation fonctionnelle, c’est 40 ou 50 emplois créés directement au village, une activité importante pour les commerçants et artisans, des parents ou amis de patients qui viennent séjourner ici..., bref une retombée économique autrement intéressante.

Oui, il s’agit alors d’un vrai projet économique qui a un effet d’entraînement sur le reste de l’économie, alors que la gravière va provoquer :
- Le licenciement des ouvriers du domaine (15 l’été) avant d’en embaucher quelques-uns ou surtout de les déplacer d’ailleurs,
- Des nuisances sur les activités alentour en condamnant les meilleures terres, et un cumul de nuisances dans un même secteur où, après la décharge et la gravière, se prépare une nouvelle station d’épuration. Le charme de la plaine sera définitivement rompu,
- Un apport économique insignifiant voire une régression pour les commerces agricoles par la disparition d’une très grosse entreprise agricole, et dont après 16 ans, la surface restante et la structure auront été démantelées.
- Un obstacle entre nos fleuves et le village qui va durer 16 ou plus, et une activité dont les termes courants ne sont pas développement économique mais détériorations, enlèvements, pollutions, nuisances, risques, contrôles, protections... et promesses ! Belles perspectives...

Bref ce projet n’a d’intérêt que pour la société Redland qui aurait aussi bien pu trouver un espace à Rognonas ou Châteaurenard, villages ayant déjà bénéficié de ses attraits et qui se sont abstenus de répondre favorablement...

Dans le même temps, nous avons accueilli la piste Redland, autre projet construit malgré nous et sans aucun avantage communal. L’intérêt économique était si évident que l’utilité publique a été déclarée et Redland n’a finalement pas eu tout le marché T.G.V. projeté ! Veut-on à présent amortir la piste neuve avec la gravière ?

Faisant allusion à la zone NC du P.O.S. qui détermine "une zone de richesses naturelles à protéger en raison de la valeur agricole des terres ou de la richesse du sol et du sous-sol", Redland indique qu’une carrière peut y être autorisée car elle répond aux deux conditions nécessaires : "Nécessité économique ne perturbant pas la zone, et aménagement après exploitation compatible avec une vocation agricole".

Ces conditions sont donc contestables totalement et l’interdiction de la gravière est la seule façon de protéger secteur et village.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page