Vous êtes ici : Histoire > Projet gravière 1996 > 2. La cuvette de Barbentane est un gigantesque bassin de réserve (...)
2. La cuvette de Barbentane est un gigantesque bassin de réserve d’eau

La cuvette de Barbentane est un gigantesque bassin de réserve d’eau sous pression où les réseaux d’évacuation sont déjà surchargés.

Cette cuvette est délimitée par les barres rocheuses de Cacalaù à l’Est et celle de la Mourre à l’Ouest. Entre les deux, les eaux s’écoulent de l’Est vers l’Ouest, dans des nappes séparées de 3 à 4 m de graviers, tufs... Un seuil rocheux à l’Ouest maintient le niveau des nappes par la forme de cuvette qu’il impose au sous-sol de la plaine.

Alimentée en permanence par le Rhône, encore plus par la Durance, et la Montagnette en saison pluvieuse, une grande partie des eaux reste en sous-sol et un excès d’eau de pluie ou de crue fait remonter aussitôt le niveau des nappes au-dessus du sol, comme on le voit à Terrefort chaque année quand les eaux ressortent par les tuyaux de forages plantés à 12 m. Les pluies de 1997 ont fait resurgir des sources qui ne coulaient plus à la Fontaine (Décolmatage de réseaux bouchés peut être).

Le dossier Redland a développé les risques liés à la baisse ou à la hausse des niveaux d’eau des nappes phréatiques en cas de gravière. Cette question, soulevée judicieusement par "Vivre à Barbentane", a reçu de biens curieuses réponses : soit il n’y a pas de relevés significatifs dans ces quartiers (Terrefort et Fontaine), soit ils se trouvent hors zone d’études, soit la baisse ou la hausse ne peut les atteindre du fait de l’éloignement ! La modélisation des niveaux ne peut évidemment pas donner tous les résultats si les paramètres sont absents parce que non saisis ! Les habitants de ces quartiers ne sont donc pas concernés puisque les paramètres les ont oubliés...

Quand à la circulation ou profil géologique des nappes qui pourrait souligner les dangers des seuils et variations de ses niveaux, il n’est pas étudié sérieusement dans le dossier gravière, alors qu’à l’est du territoire, de Cambageon à Terrefort, près de 30% du territoire voient des résurgences spontanées en cas de simples crues de Durance. Entre la route de la Gare et la Montagnette, la nappe est à 50 cm du sol. Le dossier affirme que la gravière va accroître le niveau des nappes de 20 à 40 cm aux alentours et donc les résurgences, avec pression supplémentaire sur les quartiers oubliés par la modélisation piézométrique !

Les constructions dans le village s’accroissent chaque année, c’est autant d’eau qui ne peut plus stagner ou s’infiltrer dans le sol, ruisselle, et qui est immédiatement écoulée dans les fossés, roubines et lonnes, pas plus nombreux qu’autrefois, et qui doivent évacuer de plus en plus vite des quantités d’eau de plus en plus importantes... y compris celles de Rognonas.

De plus en plus souvent chaque année, les capacités maximales du réseau sont atteintes. Le rapport Antéa et Burgéap n’en parle pas du tout.

Répondant par contre sur les risques de hausse des nappes pour les quartiers Terrefort et Fontaine, qui subissent déjà les écoulements du massif, on peut lire (annexe n°13 page 210) : "Localement, les écoulements peuvent induire en zone de piedmont et lorsque les terrains sont peu perméables, des zones humides avec un niveau d’eau très proche de la surface du sol". Risques déjà réels puisque le sol est souvent en dessous des eaux...


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page