Vous êtes ici : Histoire > Projet gravière 1996 > 1. La gravière n’est pas sur le rocher de l’île de la (...)
1. La gravière n’est pas sur le rocher de l’île de la Mourre

La gravière est à côté du rocher de l’île de la Mourre car celle-ci n’existe plus depuis 30 ans.

C’était un rocher, noyé à présent dans l’aménagement de la CNR.

Le Rhône se séparait autour de ce rocher, appelé "l’île", pour se rejoindre au quartier du Mouton.

Ce rocher constitue aussi le sous-sol de tout le village sur lequel fleuve et rivière ont déposé au fil des temps, alluvions, graviers et limons, entre lesquels circulent les nappes d’eau alimentées par la Durance en particulier.

La gravière va s’adosser contre ce rocher, obstacle naturel pour tout l’ouest du territoire, que le fleuve a creusé et sur lequel le dossier Redland est muet.

Redland indique que : "la gravière va faire monter le niveau des nappes", mais passe sous silence le fait que sa situation géographique la place dans le sens est-ouest de l’écoulement de la moitié des nappes du territoire qu’elle va recevoir perpendiculairement (alors que le contre-canal, qui leur est parallèle, limite les infiltrations de celles-ci).

Modifiant l’écoulement naturel des eaux et n’offrant aucune autre issue, puisqu’adossée au rocher de la Mourre, ou bien la gravière va être à elle seule une formidable résurgence des nappes souterraines alimentées par la Durance, notamment en cas de crue, et il faut s’interroger sur les conséquences, ou bien elle va les conserver sous pression, constituer un frein supplémentaire à leur écoulement naturel et faire refluer les plus hautes, accroissant ainsi la pression sur le réseau général avec aggravation des résurgences en amont des nappes.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page