Vous êtes ici : Traditions > Lou Prouvençau > Pastorale - Veillée provençale
Pastorale - Veillée provençale
La Pastorale

La Pastorale est un spectacle, proche des textes évangéliques et un peu romancée, ici en langue provençale, ce qui caractérise son terroir d’origine, où burlesque et sacré se mêlent tour à tour pour exprimer la vie des gens, la foi d’une communauté, et en témoigner sous une forme théâtrale.

Autrefois, elle était jouée avant la messe de minuit, il n’y avait pas les repas de maintenant, on mangeait chichement puis on allait au spectacle de la pastorale, c’était la veillée avant la messe où les gens se divertissaient tout en se mettant dans l’ambiance de la nativité. Aujourd’hui, les repas de Noël en famille obligent à la représenter le lendemain de Noël, prolongeant ainsi la fête au lieu de la précéder.

Ses personnages se rangent en deux catégories bien tranchées : les honnêtes gens représentés par les bergers, les mauvaises gens représentées par les "boumians ou bohémiens". D’autres personnages illustrent le petit peuple provençal. Les moments comiques sont suivis de périodes douloureuses, de tensions extrêmes, d’occasions de joie, de chants, de drames.

Mais la différence entre pastorale et vie actuelle, c’est que bons et méchants se retrouvent tous, dans l’acte final, autour du berceau de la crèche où offrande et pardon produisent des miracles. Le symbole est évident : pas de punition mais le pardon pour tous... L’évangile tout simplement.

Les acteurs sont tous des passionnés, bénévoles du village ou des environs, de tous milieux, mais chacun d’eux, sur scène, ne joue pas la pastorale, il la vit intensément au travers de son rôle, dans les moments comiques ou sacrés qui représentent la vie, leur vie.

La plus jouée est la "Maurel" car c’est la plus ancienne et la plus connue tant à Marseille qu’autour de la Méditerranée. "L’Oulo d’Arpian" est une pastorale, pastichant l’Avare de Molière, écrite par un châteaurenardais le docteur Chabrand.

La langue de la pastorale n’est pas un Provençal littéraire mais commun, populaire, de tous les jours. Il varie suivant l’auteur, rhodanien ou méditerranéen, qui invente parfois ses propres mots, mais on y retrouve toujours un langage araméen, c’est-à-dire ce parler par image où les symboles sont présents. La langue peut être une gêne pour les spectateurs qui ne la parlent pas et perdent certains passages, mais le jeu des acteurs, leurs mimiques et expressions, les images sont assez évocatrices pour comprendre l’essentiel du témoignage.

C’est "Lou Group Artisti", jusqu’alors présidé par Fernand MOUCADEAU, aujourd’hui remplacé par Jacques MOUCADEAU, qui prépare et joue chaque année une pastorale. En plus de se produire deux fois par an à Barbentane, la chourmo se déplace dans de nombreuses villes des environs où sa renommée n’est plus à faire.

Plutôt que de décrire la somme d’abnégations, de courage, de fatigue portés tout au long du temps de la pastorale, et sans doute beaucoup de plaisir à la jouer et à la réussir, l’ex-président nous avait fait un bilan en langue provençale de celle mise en scène en 1997. Elle est toujours d’actualité et traduit bien la permanence d’une tradition, la qualité d’une de ses expressions, la passion des acteurs, et le provençal coutumier et populaire du narrateur :

« L’oulo d’Arpian »

Lou Group Artisti a agu lou plesi de jouga pèr li festo calendalo, la famouso pastouralo "l’oulo d’Arpian". E pouden dire qu’aquelo "oulo" a bèn bouli.

Lou publi es vengu noumbrous i representacioun e s’ei coungousta en vesèn jouga aquelo pastouralo. Fau dire que rèn mancavo. Li décor èron superbe, adouba eme forço goust, li jo de sceno èron bèn esta mounta, li cant eme la musico soun esta bèn interpreta, li jo de lumiero èron fa coume fau, li coustume anavon bèn sus la pèu dis atour e aqueli, èron esta maquiha dou miéu poussible. E coumo lis atour an douna tout ço qu’avien dins lou cor, e bèn, l’oulo a bouli de soun miéu, au grand plesi de touti.

La proumiero representacioun a Barbentano s’es facho dins la salo di festo cacaluchado, e lou publi s’es regala e l’a moustra eme forço picamen de man. Malurousamen pèr la segoundo séanço, la nèu, la fre, lou verglas èron aqui, fasié un tèms a pas metre un chin deforo, e pamens mau-grat tout aco, i’avié mai de setante persouno qu’èron vengudo veire jouga l’oulo. Pouden ié manda un grand cop de capèu eme touti nosti gramaci, de meme is atour qu’an douna une pastouralo magnifico.

Pièi lou group, coumo touti lis an a fa sa tournado dins lis enviroun e de pertout, es esta un grand estrambord de veire jouga uno pastouralo pariero e li gènt noumbrous l’an pas regreta. Es ansin que sian ana a Aurenja, en Avignoun, pièi dous cop a Castèu-Reinard, lou païs de mounte l’oulo es sourtido e que i’an fa un triounfle, pièi a Pioulèn e pèr acaba a Pijàu.

E quouro, a Pijàu, pèr la darriero representacioun, Arpian a oufert a la santo famiho soun "oulo", li gènt an vist lusi li pèço rousso que i’avié dedins.

Iéu, ai vist autro causo.

Au founs d’aquelo oulo, i’avié touti nosti repeticioun, nosti sacrifice pèr veni très mes de tèms repéti, pièi la malautié que toumbo sus un atour e que fau remplaça, pièi un autre atour qu’a sa veituro voulado e la retrobo brulado lou lendeman au bord dou Rose, e mau-grat sa peno, a jouga de soun miéu.

Ai vist touti lis esfors counsenti pèr touti, lou metèire en sceno pèr gaubeja nosto chourmo, lis atour pèr jouga eme grand cor, li machinisto pèr mounta li décor après lis agué correja, desplaça, desmounta, remounta senso relàmbi, li maquihouso que nous an pinta lou mourre, nòsti musicaire qu’an fa de soun miéu pèr nous faire canta justo, nòsti abihuso que nous an vesti e bèn vesti, nòsti aluminaire que nous an tant fa de bèu lume, e tant bèn noste boufaire qu’èro aqui de fes qu’un atour siegue en pano de soun role.

Tout acò, èro dins l’oulo que boulissié e pouden dire que toutis ensèn, avèn fa ounour a nostro pastouralo "l’oulo d’Arpian", avèn fa ounour en meme tèms a nosto lengo tant amado, a nòsti tradicioun tant founso, a noste vilage qu’avèn fa couneisse dins nòsti sourtido e a nostro Prouvènço touto entiero.

Avant le temps de la pastorale, le groupe artistique organise aussi une veillée provençale où toutes les expressions artistiques s’expriment : chants, contes, musiques..., pour un public averti et enthousiaste. Toujours en 1997, Fernand MOUCADEAU décrivait celle qui venait de se dérouler, et qui continue encore aujourd’hui avec un contenu un peu différent mais toujours autant de succès :

La vihado prouvençalo

O ! Quento méravihouso vihado aven agu, lou noù de désembre dins la salo di festo. Lou publi éro noumbrous i’avié segur mai de tres cent persouno, vengudo pèr pica di man, e faire la provo que la lengo prouvençalo es pas ’caro morto coumo d’uni volon nous lou faire encreire.

Li bono voulounta soun mai aqui forço noumbrouso pèr mounta sus lou pountin. I’a agu de cantaire de la bono, de countaire que nous an fa estrassa dou rire, de pouèto qu’an toujour de bonis inspiracioun, de tambourinaire que jogon de mouceù fort galant, de mameto vengudo de Bagnoù que soun autant bono que li "Vamp" de la télévisioun, e pièi de couralo que nous an ben charma emé de cant prouvençau magnifi.

Forço gau e forço émoucioun quouro la coupo santo a resclanti, e qu’es estado represso au darnier coublet pèr touto l’assistanço.

Pèr acaba aquelo serado ufanouso, lou publi es esta counvida a tasta lis auriheto, tout en chimant lou got de l’amista pourgi pèr lou municipe, coumo es la tradicioun désempièi que se fai de vihado prouvençalo dins noste vilage.

Gramaci en touti aqueli qu’an oubra pèr aqueli vihado tant réussido. Gramaci pèr li gènt qu’an pasta e soun vengu faire lis auriheto, e qu’éron bono. Gramaci au publi d’estre vengu tant noumbrous et gramaci au municipe pèr l’ajudo pourgido pèr aquelo serado.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page