Vous êtes ici : Actualités > Le XXIème siècle > Année 2007
Année 2007

Les évènements et réalisations du mois

Janvier : Caméras Sécurity - Casernes - Travaux au centre ancien - Mini-séismes - Miracles
Février : AMAP - On jase sous le tourilhoun - Évolution des entreprises locales et urbanisation - Parc naturel régional des Alpilles
Mars : Centre ancien chargé et pentu - Lou Plantié de l’Ase d’Henri DAUDET - LEO : ouverture des ponts sous la voie ferrée - Le budget communal est voté - Voitures en feu au village - Rhône pollué
Avril : Ce n’est donc pas un poisson d’avril ? - Élections présidentielles 1er tour du 22 avril
Mai : Le collège verra-t-il le jour ? - Le lavoir de la Fontaine disparaît - Deux permis de construire annulés - Tous ensemble, tous ensemble, sauf… - La sharka est arrivée - Élections présidentielles 2ème tour du 6 mai
Juin : Élections législatives des 10 et 17 juin - Dialogue avec « La Provence » - École Montagnette : Permis pendant l’été !- Aggravation de la pollution du Rhône
Juillet : Renforcement des digues de Durance pour les autres ! - École Montagnette : Permis déposé


En raison des élections municipales de mars 2008,
cette rubrique est interrompue jusqu’à cette date.

JUILLET

École Montagnette : Permis déposé
Voir rubrique ECOLE > article « Suite » !

Renforcement des digues de Durance pour les autres !

Le Syndicat Mixte d’Aménagement de la Vallée de la Durance poursuit son travail de « protection des villages » contre les crues entre Bonpas et le Rhône sur la rive droite et gauche de la rivière.
Dans ce cadre, le conseil municipal vient d’autoriser le S.M.A.V.D. à engager la procédure de demande d’autorisation des travaux.
Et quels travaux !
Relever toutes les digues en amont de Barbentane, afin de protéger les villes et villages voisins contre des crues de 4 000 à 6 000 m3 seconde !
À force de construire dans les zones inondables, chaque commune veut éviter de noyer ses habitants et relève ses digues protectrices.
Cela s’appelle un Plan de Protection du Risque Inondations (PPRI) et cela est une catastrophe annoncée pour Barbentane qui voit ses digues conservées au même niveau. On va encaisser un torrent en espérant que ses eaux en furie iront dans les casiers hydrauliques réservés, plus loin et plus bas, en bout de rivière, dans la zone inondable de Barbentane, puis de Boulbon, puis de Tarascon, puis d’Arles… Là où le Rhône les attendra tranquillement.
Pendant ce temps, les constructions continuent et aggravent partout le phénomène !

Dès 3 000 m3 par seconde, le viaduc SNCF fait barrage à l’eau. Au-delà, elle va refluer et s’élever jusqu’à trouver une faille au choix :
- Se déverser sur la digue de Rognonas relevée en deux parties l’une à 4 000 m3 et l’autre à 5 100 m3,
- Exercer une pression si forte sur le viaduc que celui-ci cède,
- Pénétrer par la zone des limites de Châteaurenard relevée à 4 000 m3 et arriver de l’intérieur des terres vers Rognonas, Barbentane,
- Ou bien trouver une issue originale dont la rivière a le secret, bouleversant les meilleurs plans annoncés comme protecteurs, malgré tous les échecs passés.

Car, au lieu de laisser partout des zones d’expansion, et prendre sa part de terrains sacrifiés en cas de crues, chaque commune préfère égoistement réserver le maximum de ses espaces aux activités ou habitats protégés par des digues et envoyer les eaux chez le voisin, augmentant le volume de celles-ci par une urbanisation déjà excessive.
Le S.M.A.V.D. ne peut pas l’ignorer et la protection offerte aux communes d’amont, condamne automatiquement celles d’aval. Il joue avec les mots et avec une rivière dangereuse, comme Avignon qui a déjà condamné notre plaine en urbanisant Courtine ! Le Conseil municipal de Barbentane prend une grave responsabilité en laissant faire.

Ayant relevé toutes les autres digues à plus de 5000 m3 (niveau d’une crue centennale), le couloir durancien va devenir une arme hydraulique encore plus redoutable pour tout ce qui le borde, Avignon y compris !
Les inondations de 2002 et 2003 n’ont donc servi à rien et le développement durable est celui d’une noyade promise.

Dimanche 1 juillet, 40 000 visiteurs enregistrés sur ce site.

JUIN

Aggravation de la pollution du Rhône
Voir article « Bancule » a encore frappé !

École Montagnette : Permis pendant l’été !
Voir rubrique ECOLE > article « Suite » !

Dialogue avec « La Provence »

Réunies par l’Office du Tourisme et la municipalité, les associations locales ont exprimé leur mécontentement sur le sort réservé à leurs activités par le journal « La Provence ». La place des nouvelles du village est insuffisante. Le responsable, M. Lupi, a expliqué que Barbentane est regroupé sous la rubrique de Tarascon, à cause de l’augmentation des espaces réservés à la publicité pour accroître les finances du quotidien. M. le maire a résumé ainsi la situation : « La Provence n’est plus un journal d’informations locales ».
Derrière une polémique bien compréhensible, ce sont les effets des journaux gratuits qui se mesurent ici même. Cette machine infernale contre les journaux d’opinion met en faillite ces derniers ou les oblige à dépendre de la publicité, permet ensuite de les racheter, puis d’orienter leur contenu avec articles de complaisance et surtout espaces publicitaires rémunérateurs.
Communication et information ou propagande et publicité, un choix fait par qui ?

Les résultats des législatives 2007 à Barbentane

Adieu Léon

Le député sortant, M. VACHET vient d’être victime d’un coup de barrière dans la 15ème.
Le plus vieux de la manade est interdit de course au prétexte qu’il est fatigué, malade et gênant.
Pour ceux qui n’auraient pas suivi le grand débat entre les deux compétiteurs UMP dans la circonscription, voici un résumé des quelques arguments avancés par le “simbèu” sortant à l’encontre du “tau” concurrent REYNES : Calomniateur, menteur, pollueur de l’environnement, illusionniste, spécialiste de l’esquive, ambitieux, diviseur, et qui a mené une campagne indigne et outrancière… Campagne soutenue à Barbentane par notre maire et 2ème adjoint !
Dans l’arène de l’Union des Meilleurs Pitres, il faut bien accrocher sa cocarde…

2° T o u r
17 juin 2007
Inscrits 2 993 en %
REYNES Divers droite 907 69,66 %
VACHET UMP 395 30,34 %
Évolution des résultats



1° T o u r
10 juin 2007
Inscrits 2 993 en %
BARTHELEMY MPF 16 0,88 %
DEBUTTE Extrême Gauche 0 0 %
GAYVALLET Divers 11 0,6 %
GERARD Socialiste 165 9,05 %
GOURBEAULT Verts 68 3,73 %
JUPITER UDF-MD 113 6,2 %
MACHART Extrême Gauche 61 3,35 %
MAURIN CPNT 43 2,36 %
POZZETTO Extrême Gauche 18 0,99 %
REYNES Divers droite 630 34,56 %
REYRE FN 156 8,56 %
ROUSSET Communiste 72 3,95 %
SEYMARD Extrême Droite 17 0,93 %
VACHET UMP 419 22,98 %
VIDAL Ecologiste 34 1,87 %
Évolution des résultats


MAI

Le collège verra-t-il le jour à Barbentane ?

Le journal La Provence du 23 mai 2007 évoque les propos du Président du Conseil Général, inquiet des lenteurs de la municipalité barbentanaise dans ce dossier. Cinq ans, c’est un peu trop long pour M. Guérini, et M. le Maire a jusqu’en décembre pour prouver qu’il le veut, sinon il sera construit dans une ville voisine…

Le lavoir de la Fontaine disparaît.

Il a été construit dans les années 1930, alimenté par les eaux de la source de la Fontaine et a rendu de nombreux services aux familles du village. Utilisé jusqu’aux années 1960, puis abandonné avec l’arrivée des machines à laver, il vient d’être vendu par la Mairie pour en faire un cabinet médical.

Deux permis de construire annulés sur l’avenue Bertherigues :

Celui des 19 appartements, prévus sur l’emplacement Bérard en 3 niveaux et 11 m de hauteur avec creusement dans la Montagnette pour augmenter la surface, a été contesté par les voisins et vient d’être annulé.
Même résultat pour celui de l’immeuble Lunain qui prévoyait lui aussi d’entasser des familles dans un espace réduit déjà fort encombré.
Ce qui est surprenant dans les dossiers de ce genre, c’est qu’un promoteur se permet d’ignorer les voisins et la réglementation, obtient un permis de la mairie et si les voisins ne disent rien (personnes âgées, difficultés sociales…) ou n’ont pas les moyens de prendre un avocat, la construction peut avoir lieu !
Comment peut-on autoriser de tels permis et prétendre aider les habitants ?
À moins que la loi du plus fort ici aussi !

Tous ensemble, tous ensemble, sauf…

Dans les 14 candidats aux législatives locales, il y a en deux qui se font particulièrement remarquer : REYNES contre VACHET.
« Dialoguons ensemble pour le choix de l’avenir de la majorité présidentielle » affiche le jeune Bernard.
« Ensemble pour la majorité présidentielle » clame le vieux Léon.
Dans l’UMP à laquelle ils appartiennent, il y a en effet un immense espoir d’être ensemble sur le ring électoral, de démontrer la formidable solidarité des intérêts personnels et du chacun pour soi, d’appeler à se mobiliser pour réunir largement le troupeau des amis d’hier aujourd’hui fatalement séparés en deux clans, l’un qui veut virer un ancêtre gênant, l’autre qui refuse un jeune prétentieux, les deux promettant une politique nouvelle basée sur le dialogue et le rassemblement. Et les électeurs sont priés d’y croire !

La sharka est arrivée

Apparue en 1916 en Europe et en 1970 en France, la sharka a été observée pour la première fois sur des pruniers en Bulgarie, d’où son nom signifiant variole du prunier. Ce virus s’attaque aux arbres fruitiers à noyau (sur porte-greffe du prunier : abricotiers, nectariniers, pêchers, pruniers…), et à certains arbustes ornementaux sans aucun traitement existant, mais il n’atteint ni l’homme ni l’animal.
Les fruits perdent leur goût, deviennent cloqués, nécrosés ou décolorés et sont impropres à la consommation.
Les productions fruitières de Barbentane sont à présent touchées par ce nouveau fléau disséminé par les pucerons et l’utilisation de matériel végétal infecté, malgré les contrôles des services de la Protection des Végétaux.
Un arrêté préfectoral impose l’arrachage systématique total dès que 5 % des arbres sont atteints, et seule la destruction par le feu peut enrayer l’épidémie qui touche aussi les jardins et les vergers abandonnés.
À terme, l’agriculture locale peut perdre toutes ces productions.

Les résultats des présidentielles 2007 au 2ème tour à Barbentane

2° T o u r
6 mai 2007
Inscrits 2 962 en %
Exprimés 2 451 82,75 %
Nuls 98 3,3 %
Abstentions 413 13,94 %
Candidats Voix  %
Royal 827 33,74 %
Sarkozy 1 624 66,26 %

Évolution des résultats du 2ème tour


AVRIL

Les résultats des présidentielles 2007 au 1er tour à Barbentane

1° T o u r
22 avril 2007
Inscrits 2 962 en %
Exprimés 2 495 84,2 %
Nuls 36 1,2 %
Abstentions 431 14,6 %
Candidats Voix  %
Bayrou 373 14,9 %
Besancenot 77 3,1 %
Bové 40 1,6 %
Buffet 24 1 %
De Villiers 54 2,2 %
Laguiller 17 0,7 %
Le Pen 437 17,5 %
Nihous 51 2 %
Royal 441 17,7 %
Sarkozy 949 38 %
Schivardi 4 0,2 %
Voynet 28 1,1 %
Évolution des résultats du 1er tour


Ce n’est donc pas un poisson d’avril ?

Ils ont encore osé prendre des décisions qui menacent l’environnement et le caractère du village !
Le maire et son conseil municipal ont en effet décidé, au cours de l’année 2006, de modifier le Plan d’Occupation des Sols (POS) et de rendre possible dans le secteur de Bertherigues - St-Joseph, des immeubles de 3 étages à 6 étages. Oui, vous avez bien lu, le double de hauteur pour les futures constructions dans ces quartiers où des promoteurs privés ont des projets en cours : Atelier Bérard, Coopérative, garage Chauvet, immeuble Lunain.
Ou plutôt qui se serait appliqué car M. le sous-préfet, Jacques Simonnet, n’a pas laissé passer cette nouvelle ânerie municipale et a fait savoir par un recours gracieux, qu’il refusait ce changement et demandait au maire de faire à nouveau voter au conseil l’annulation d’une décision aberrante. Ce que le conseil municipal a voté, désapprouvant alors ce qu’il avait approuvé auparavant, comme si de rien n’était !

Dans le dernier bulletin municipal d’avril, les habitants sont « informés » page 7 sous le titre Modifications à apporter au dossier de modification du POS, par un laconique « Le règlement prévoit dans son article 14 un COS différencié pour les programmes de logement sociaux. Un telle disposition ne peut être appliquée ». Personne n’a rien compris à ce charabia, et M. le maire s’autorise à ne rien expliquer à sa population. Par contre, les logements sociaux sont encore évoqués car, évidemment, chaque fois qu’un promoteur construit un immeuble, il est affublé du terme très couru de « logements sociaux », même s’il n’y a aucun rapport. Cette nouvelle tarte à la crème municipale, est largement servie à toute opération immobilière, sans aucune vergogne…
Et afin d’augmenter le nombre de logements sociaux au village, M. le maire avait donc prévu d’autoriser d’en entasser un plus grand nombre sur une même surface !
Ainsi, le quartier du bas de Bertherigues, où sont déjà prévus plusieurs dizaines d’appartements en quatre projets dans un rayon de 150 m, va déjà, même sans une telle décision, concentrer un nombre excessif de familles, de véhicules, de trafics… Imaginons deux fois plus d’étages, de familles… !
Nous ne pouvons que remercier M. le sous-préfet de sa vigilance et de sa réaction pour nous éviter qu’une nouvelle dégradation de l’environnement soit occasionnée par ceux-là même qui prétendent le préserver…
M. le maire est forcément déçu et il peut dire : « C’est ce que je voulais faire, mais je n’ai pas pu » (son éditorial d’avril 2007).
Les conseillers municipaux passent une fois de plus pour des godillots et avalent les couleuvres comme d’habitude.
Quant aux promesses de l’équipe Ichartel en 2001 pour un environnement de qualité : « Les nouveaux lotissements devront prévoir parkings, dessertes aménagées et espaces naturels. », pourquoi ont-elles été oubliées pour les promoteurs immobiliers ?
Les réalisations prévues sur Bertherigues vont provoquer pour les riverains de très grandes conséquences.
La vie du village est en train de se dégrader sérieusement !


MARS

Le centre ancien est trop chargé et trop pentu aux dires des entreprises en chantier. Voir article.

Le 23 mars, Henri DAUDET met en scène « Lou Plantié de l’ase, pièce en provençal créée en 1991 et jouée pour la première fois à la salle des fêtes par « La Colo de Cerconis », troupe de théâtre des Ateliers de Bellinto.

Du 10 au 26 mars, ouverture par RFF (Réseaux Ferrés de France) de la voie PLM-SNCF et installation par glissement des deux ponts préfabriqués pour les passages de la LEO.

Mercredi 14 mars, 30 000 visiteurs enregistrés sur ce site.

Le Conseil municipal du 14 mars vote le Budget communal 2007


- Taxes communales :
Habitation = 11,10 %. Taux augmenté de 0,90 % cette année pour un produit de 518 K€ prévu soit 48 % d’accroissement depuis 2001 (349 K€ avec un taux de 9,13 %).
Foncier bâti = 13,30 %. Taux augmenté de 0,76 % cette année pour un produit de 485 K€ prévu soit 47 % d’accroissement depuis 2001 (331 K€ avec un taux de 11,04 %).
Foncier non bâti = 36,00 %. Taux inchangé depuis 2001 et baisse de la Base de 19 % depuis 2001 qui donnent une réduction de 18 % depuis 2001 (de 88 K€ à 72 K€).
Ordures ménagères = 10,10 %. Taux augmenté de 0, 60 % cette année pour un produit de 323 K€ prévu soit 7 % d’accroissement depuis 2005 (303 K€ avec un taux de 10,04 %).
Évolution des Taxes = Taux global de 70,50 % augmenté de 0,37 % cette année et accru de 82 % depuis 2001 (Base de 7 062 K€ à 11 709 K€, Taux de 56,17 % à 70,50 %).
- Taxe 2007 de la loi SRU pour insuffisance de logements sociaux à Barbentane : 28 700 €
- Subventions aux associations : 250 000 € (voir Liste 2007).
- Indemnités et frais de fonction aux élus municipaux prévues au budget pour 95 000 €en 2007 et perçues par :
Maire = 2 047 € chaque mois,
Maire en tant que 5ème vice-président de la Communauté des Communes = 921 € chaque mois,
Adjoints = 819 € chaque mois.
- Budgets :
De la Commune : Les dépenses et recettes prévues sont de 9 768 K€ réparties en Fonctionnement = 3 334 K€, Investissement = 6 434 K€.
De l’eau : Les dépenses et recettes prévues sont de 444 K€ réparties en Exploitation = 30 K€, Investissement = 414 K€.
De l’assainissement : Les dépenses et recettes prévues sont de 1 156 K€ réparties en Exploitation = 230 K€, Investissement = 926 K€.
Funéraire : Les dépenses et recettes prévues sont de 2 K€ en Exploitation.

Quelques véhicules en feu au centre ancien du village

Aucun rapport avec les travaux en cours, mais, selon la rumeur, une triste affaire de représailles autour de la drogue. On peut mettre des caméras ou supprimer les causes et donc le marché des stupéfiants !

Nouvelle pollution du Rhône depuis Lyon
Voir article « Bancule » a encore frappé !


FEVRIER

Création d’une AMAP
« Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne »

Près d’une quarantaine de personnes étaient réunies autour de Claude Chauvet le 22 février au café Henry, pour une grande première au village : Créer une AMAP avec cet agriculteur, installé sur le chemin des Resvaux, et engagé dans une démarche de production biologique.
Concrètement, l’agriculteur fournit chaque semaine un panier de légumes dont le prix est fixé d’avance à 13 € (famille de deux personnes) ou 22 € (famille de 4 personnes) comprenant un nombre de produits déterminés variables avec les saisons. Ainsi en Mai, il est prévu de fournir :
- Panier à 22 € : pois mangetout 1,5 kg ; petit pois 1 kg ; fèves 500 gr ; 3 bottes de radis ; 4 salades ; petit bouquet de carottes ; 1 bouquet de navet ; feuilles d’épinard ; persil
- Panier à 13 € : pois mangetout 1 kg ; petit pois 500 gr ; fèves 250 gr ; 1 botte de radis ; 3 salades ; 1 bouquet de navet ; feuilles d’épinard ; persil
En échange, la famille s’engage par contrat d’une durée de dix mois (mai 2007 à avril 2008) à recevoir 27 paniers payés d’avance en une ou plusieurs mensualités.
Le principe d’une AMAP est de permettre à l’agriculteur de disposer d’une avance de trésorerie sans souci de mise en marché, tout en se consacrant à la production de légumes ou fruits de qualité biologique assurée et à une autre relation avec le consommateur.

On jase sous le tourilhoun

Un moment d’indélicatesse suivant l’entreprise spoliée, un enlèvement autorisé suivant l’intéressé ! La justice devra trancher le différend entre un employé municipal et l’entreprise de travaux publics qui lui reproche d’avoir dérobé ses matériaux déposés sur une place. Questionné sur le sujet en séance du conseil municipal d’octobre dernier, M. le Maire a indiqué n’être au courant de rien et l’avoir appris par la presse…
L’employé est depuis en congé sans solde.

Évolution des entreprises locales et urbanisation

- Écomarché de Roumette : Le projet d’agrandissement du côté nord vient d’aboutir.
- Déplacement de la coopérative : Le projet de la nouvelle construction est prévu sur un terrain proche mais situé en dehors de la zone artisanale de Roumette. Les anciens locaux de Bertherigues sont cédés et des constructions de commerce et logements y sont envisagées.
- Fermeture du garage Chauvet : Les locaux sont cédés pour un projet de construction de plusieurs logements, à quelques mètres de la salle des fêtes !
- Fermeture de l’atelier Revertegat : Un projet de construction de dizaines d’appartements y est prévu dans l’espace cédé.
Ces projets de logements dans un lieu aussi restreint posent deux questions :
- Où vont se garer les nombreux véhicules des trois immeubles de plusieurs dizaines de logements (sociaux évidemment…) concentrés sur une zone de 100 m dans une avenue Bertherigues déjà très encombrée ?
- Quelle qualité de vie prépare-t-on aux résidents de cette zone ?

Création du Parc naturel régional des Alpilles

Après ceux de la Camargue, du Queyras, du Luberon et du Verdon, la Provence voit la création du « Parc naturel régional des Alpilles » (Décret du 1er février 07 au Journal officiel) initié par le Conseil Régional sur le territoire des 16 communes des Alpilles et pour une durée de douze ans. Pendant ce temps à Barbentane, la municipalité travaille à dénaturer la Montagnette avec les dizaines de logements envisagés entre crèche et courts de tennis, ainsi que l’école entre la Tour et le Moulin de Bretoule…


JANVIER

Après la caserne de gendarmerie à Graveson,
la caserne de pompiers à Boulbon

La caserne des pompiers bientôt fermée ! Une nouvelle caserne est en construction à la zone du Colombier de Boulbon pour regrouper matériels et hommes du feu. Le bulletin municipal « spécial pompiers » de juillet 2006 disait qu’une structure plus importante regrouperait prochainement les centres de Barbentane et Boulbon, mais en omettant de préciser que Barbentane allait perdre le sien !
Il est vrai que le programme électoral 2001 de l’équipe Ichartel avait prévu « l’étude d’une nouvelle caserne plus fonctionnelle et mieux placée, dégageant un espace de stationnement » ! Pour le dégagement, c’est réussi...

Les travaux sur le centre ancien commencent. Voir article

Caméras Sécurity

Le Système de vidéosurveillance va être implanté sur 4 places : Cours Jean-Baptiste Rey, parking du Trou du Renard et du Séquier, place du marché, pour un montant de travaux de 46 000 € environ. Le Ministère de l’intérieur a offert une subvention de 15 000 € pour la mise en place de ces caméras. Le film policier local va pouvoir commencer.

Mini-séismes depuis le 7 juin 2006

Ce sont près de deux mille sept cents petits tremblements de terre qui se succèdent sous ou autour de la Montagnette. De très nombreuses failles ou microfailles sont répertoriées et situées entre 200 m de profondeur (pour celles qui sont présentes sous le village même de Barbentane), et 2 km à 30 km de profondeur pour les autres. Toutes semblent très actives en ce moment... On peut dire que toute la région est à risque et, même si jusqu’à présent les multiples secousses ont été légères, aucun quartier n’est à l’abri.
Or, creuser des puits, faire des forages dans ces secteurs peuvent déclencher de multiples micro secousses, car le sous-sol est gorgé d’eau, et les vibrations, les prélèvements ou injections d’eau en grande quantité perturbent l’équilibre du sous-sol Barbentanais.
La nouvelle station de pompage communal est prévue en Montagnette sur quelques-unes des plus importantes failles du secteur, à proximité de deux pics très secoués depuis juin 2006 : Le Mont de la Mère et le Mont San Salvador ! En 2006, ont eu lieu 2 395 secousses sous ou autour de la Montagnette dont beaucoup ont été ressenties par les habitants, et qui provoquent des fissures sur de nombreuses habitations du village.
Le citoyen barbentanais a reçu sous enveloppe, avec les voeux municipaux, l’édition 2006 du document d’information communal sur les risques majeurs. Document de 16 pages qui contient 2 lignes pour indiquer que « séisme, mouvement de terrain, éruption volcanique », sont classés dans les risques majeurs...
L’information municipale attend sans doute un prochain séisme pour informer des risques et publier le plan communal de sauvegarde, s’il existe !
Voir article Nature > Terre > juin 2006 le réveil du dragon

Miracles au village

En cette période de Noël, il est courant que de tels phénomènes se produisent, surtout en fin de pastorale quand, devant la Sainte Famille, des changements spectaculaires et inattendus ont lieu. Mais il y en a parfois d’autres et ailleurs comme cette année.

1° Regard nouveau sur le logement social.
Depuis des lustres, le logement social fait peur dans notre commune. Refus d’immeubles collectifs, de zone de stationnement pour gens du voyage, d’implantation de bungalows ouvriers... Sous des prétextes divers, tous les élus ont refusé d’envisager une telle évolution et c’est surtout en fin de pastorale que le riche accueille le pauvre, habituellement assisté dans la réalité courante par quelques organismes sociaux.
Depuis la loi SRU, de fortes amendes (plus de 40 000 € chaque année) pour absence de logements sociaux grèvent fortement le budget communal et font mauvais effets puisque notre village a été cité récemment dans la presse pour sa performance négative en la matière.
Or, un vent nouveau vient de souffler sur notre village. Les pastorales étaient pourtant encore en répétition que se préparait un évènement spectaculaire, phénomène merveilleux encore inexpliqué aujourd’hui : Le conseil municipal a décidé en novembre 2006 d’acheter au Paty un immeuble en mauvais état pour l’aménager en trois logements sociaux et manifeste sa volonté d’acquérir une parcelle à Bertherigues pour la même raison !
Il faut relire lentement cette phrase, la relire encore. Puis se demander s’il s’agit d’un rêve, auquel cas, il faut savoir que le temps de la pastorale est passé, ou vérifier que cette « proposition » est bien écrite dans le journal officiel local « Du Haut de la Tour », auquel cas, il faut saluer et féliciter notre Maire pour cet acte courageux, pour une décision téméraire et pour une réalisation historique si elle va à son terme.

2. Rétablissements épistolaires.
Dans les projets et les noms donnés à des travaux en cours, ceux du centre ancien viennent de vivre un rétablissement épistolaire surprenant.
En effet, dans le projet électoral de l’équipe Ichartel en 2001, le centre en question devait recevoir un banal « Parking paysager ». C’est alors qu’un miracle se produit, puisque sitôt l’élection passée, ce projet devient en 2003, un « Programme de logement, garage et parking au centre ancien en accord avec le patrimoine environnant ».
Cette équipe municipale est prodigieuse, elle accomplit des merveilles épistolaires. Par contre, pour le patrimoine environnant, pas de miracle, il a été totalement ignoré par tous les protagonistes du projet, mais c’était peut-être une promesse à géométrie variable avec girouette préméditée !
Devant la crèche, le « messourguié » se serait excusé, aurait même promis qu’il ne recommencerait plus, au moins jusqu’à la prochaine fois. Dans la réalité, au contraire, M. le Maire, dans son récent éditorial, passe sous silence ce magnifique changement et souligne trop modestement sa bénéfique action en : « Tous les projets de notre programme sont réalisés ou en cours d’exécution »...

3° Fin de la fracture sociale.
Personne n’y a jamais cru et n’y croyait d’ailleurs plus, pourtant si on en trouve encore quelques spécimens cachés derrière l’abondance, les victimes de la fracture sociale vont enfin voir la fin de leurs épreuves.
Si, si, car un nouveau miracle a eu lieu au village !
Il est passé inaperçu car la modestie des auteurs est telle qu’ils ont préféré ne pas le révéler.
C’est en fait un glissement sémantique qui a commencé à apparaître vers 2005 : Le projet de lotissement du centre ancien, alors qualifié de banal programme de logement (voir plus haut) devient subitement un « Aménagement de logements sociaux ». Vous avez bien lu "sociaux". Ce qualificatif « social ou sociaux » a été ajouté définitivement en 2006, pour bien confirmer que désormais la fracture sociale est ici prise en charge.
Le prodige est d’autant plus effarant qu’aucun changement n’a eu lieu dans la nature du projet, dans les coûts de location prévus, dans les surfaces habitables... Non, rien n’a changé, mais tout est devenu social comme par enchantement.
Aussitôt découvert, le caractère miraculeux de l’appellation a autorisé tous les espoirs. À présent revêtu d’un adjectif louangeux, le projet peut être présenté sous des formes plus valorisantes et mieux reconnues par les subventionneurs départementaux ou régionaux, les aides peuvent donc être encore majorées. En contrepartie, les amendes pour infraction à la loi seront réduites. C’est donc un triple miracle en un qui va déferler sur la fracture sociale et la facture municipale.
D’ailleurs, dorénavant, toutes les futures constructions de logements privés ou municipaux seront dénommées « logements sociaux ».
Le tour de magie semble se répandre dans toute la France comme un hymne contagieux contre la fracture sociale de la part de maires qui, jusqu’alors, hurlaient contre la loi et des amendes insupportables et qui, touchés par la grâce, se convertissent tout d’un coup aux logements sociaux et même bientôt à une autre loi pour un nouveau droit au logement... Si ce n’est pas un miracle, cela y ressemble fort.
D’autant plus que les sénateurs Thierry Repentin (PS) et Jack Ralite (PCF) avaient proposé en avril 2006 un amendement « Engagement national pour le logement » instaurant l’opposabilité du droit au logement. Par la voix de la ministre déléguée à la cohésion sociale, Catherine Vautrin, le gouvernement avait jugé celui-ci "prématuré et irréaliste". Neuf mois plus tard, juste avant les élections, le gouvernement s’engage à le mettre en place, mais attention pour fin 2008 et même 2012, bien après les élections si, d’ici là, la pauvreté n’a pas été éradiquée, évidemment...
Au point que certains grincheux et habitués des ragnagnas, murmurent contre des alibis fumeux dont la chiraquie est coutumière, parlent de déliquescence de la fonction élective, doutent que la situation change grâce à une loi alors que la précédente n’est pas appliquée, et se demandent enfin si cela ne relève pas d’une banale esbroufe municipale ou d’un grossier rideau de fumée pré-électoral !
Nous apportons ici la preuve du contraire, puisque officiellement le quartier des gueux du centre ancien, grâce à ce miracle sémantique, va devenir le modèle du logement social barbentanais.

4° Tolérance zéro.
Après ces miracles à répétition, il était bien normal que le phénomène fasse une pause. Par exemple, certains croyaient que la contestation contre les projets ou décisions municipales serait considérée comme normale, salutaire, bienvenue et, par miracle aussi, prise en compte !
Il leur faudra attendre la pastorale de l’an qui vient.
Qualifié par notre « Lume suprême » de prémisses électoraux, le dénigrement des oppositions municipales a signé la fin de la période miraculeuse.
L’intolérance sociale reste donc intacte cette année, la municipalité ayant oublié de la présenter à la crèche...


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page