Vous êtes ici : Passions > Auteur
Auteur

Henri DAUDET


Le nom d’Henri n’a pas de rapport avec celui du célèbre Alphonse, auteur des Lettres de mon moulin et des tartarinades. Le premier écrit en langue provençale, le second n’a utilisé que la langue française. En dehors d’une homonymie commune et d’une vigoureuse bacchante, les familles ne sont pas liées.

Descendant d’une famille camisarde côté maternel et d’un « rouge dou miejour » côté paternel, le passé a pesé lourd dans la façon de voir les choses de la vie, en Vendée provençale...

Cet enfant de Barbentane dont le parcours professionnel dans l’administration des Postes et télécommunications où, entré comme facteur, il finit chef d’établissement avant de prendre sa retraite, ne le destinait pas à la création culturelle.

Et pourtant, Henri DAUDET honore la langue provençale au village et dans la région, en créant au fil des ans une oeuvre originale et singulière.

Non seulement il raconte l’agitation du monde en provençal, cette langue gouleyante et savoureuse qui a bercé son enfance, mais il écrit lui-même ses textes, anime une troupe théâtrale avec qui il met en scène ses compositions.

Depuis 1979, l’auteur crée chaque année ou presque, une comédie, une tragédie, un pamphlet, toujours à partir d’une idée simple, souvent malicieuse, facétieuse, et qui, parfois dramatique, finit presque toujours bien.

Son œuvre est aujourd’hui impressionnante par la vingtaine de pièces et scénarios populaires constitués, par le souci de la mise en scène car ils sont écrits pour le spectacle qu’une clique de passionnés, « la colo de Cerco-nis » des Ateliers de Bellinto, produit chaque année. Voir la rubrique Traditions - Troupe de théâtre provençal. En 2006, une brochure de 343 pages relate onze de ses pièces en Provençal, avec traduction en français, le tout édité par l’auteur.

Dans ces créations artistiques et scéniques, la langue provençale est vivante, actuelle, sujet de représentation, d’expression, de réflexion, de galéjade, d’amitié, et de relation... Elle maintient et favorise le spectacle théâtral en provençal que des artistes bénévoles organisent toute l’année pour donner forme à une volonté, répandre la bonne humeur et se réjouir du bon tour joué au français qui, comme toutes les langues majeures, tend à réduire ou supprimer les dialectes locaux, avant de subir un jour lui-même les pires avanies.

Sans compter les nouvelles, poèmes, historiettes, représentant des œuvres mineures qui viennent compléter les précédentes, toujours en langue provençale, lues par l’auteur ou ses amis au cours de rencontres amicales, fêtes communes ici et ailleurs, pour le plus grand plaisir de tous. Parmi elles, quelques unes sont devenues célèbres comme le « Mac-Do », ou « Ô Prouvençau » proposée ci-après, véritable appel contre la mal-bouffe pour la première, cri d’amour envers la langue provençale pour la seconde.

Un regret pourtant : Que les œuvres d’Henri DAUDET ne soient pas plus connues, alors qu’elles font honneur à notre village et à nos traditions.

Ô Prouvençau

I’a cènt an, en Prouvènço, dins tòuti lis oustau,
Se parlavo la lengo nostro : lou prouvençau,
La lengo que Mistrau avié reviscoulado,
La lengo d’un païs, goustouso, espavounado...

Un jour, i’aguè l’escolo : li pichot prouvençau
Qu’èron abitua au parla de l’oustau
Fuguèron counvouca pèr ana à l’escolo
Qu’èr’un’òubligacioun, e un matin, en colo,

Li pichot prouvençau intrèr’en coumunalo
Sajamen asseta dins uno grando salo,
Un pau crentous, segur, e plen d’aprehensioun,
Mai, de que foudié faire : èr’un’òubligacioun...

E lou Mèstre parlé... alor, se regardèron
Li pichot prouvençau, sis iue beluguegèron :
Ço que disié lou Mèstre que parlavo dóu nas,
Ero dins uno lengo qu’éli, coumprenien pas...

Lou pichot arrivavo lou soir, desvaria :
"Ai parla prouvençau, e m’a’staca lou bras !"
"Fau respondre en francés quand paus’uno questioun,
Dis lou Mèstre, senoun, as uno punicioun !"...

Pèr li pichot, pamens, lou Mèstre èr’un soulèu,
Èr’un Mèstre, un Sabènt, lou Baile, lou Simbèu,
Mai parlavo francés, e éli, prouvençau,
Lengo nostro, parlado dins tòuti lis oustau...

Acò duré belèu uno generacioun,
Uno generacioun pleno de punicioun...
Fau bèn que li gènt sachon qu’acò fugué soufranço
D’aprendr’à s’espremi dins la lengo de Franço !...

E vuei, mounte n’en sian, mounte siés, Prouvençau,
Tu que t’espavounaves dins tòuti lis oustau ?...
Ô Prouvençau, ma lengo, pamens, de que t’an fa,
Ô ma lengo dóu brès, qu’es tu que m’as bressa ?...

De que rèsto de tu qu’un pau de folklorico
Coum’aquélis indian que rèst’en Americo !...
Pèr lou francés, l’anglés, t’avèn leissa manja,
Contr’aquel’envasioun, t’avèn mau apara...

Es que, à nost’epoco, prevau l’ecounoumio
Qu’enfanto pas, segur, coume tu, l’armounio,
Se dis pus qu’un pichot es escarrabiha,
O que la bauco seco es prest’à jauneja...

Prouvençau, siés esta lengo de sensacioun,
Lengo que petejavo coum’un cop de canoun,
Lengo de goust, d’image, de touca e d’óudour,
Éres lengo de verbe e lengo de coulour...

Li gènt de noste tèms que rèston dins li vilo,
O dins d’apartamen, o dins d’autoumoubilo
An pus besoun d’image, de goust, de sensacioun,
An pus besoun d’óudour : an la televisioun !...

Lou soir, quand an soupa, s’un fautuei bèn cala,
S’estalon pèr lou filme : "nous anan regala" !
Pèr-ço-que la "télé" te dis coume fau vièure,
Ço que te fau manja e ço que te fau bèure,

Se t’en vas lou dissate, quouro te fau parti,
E lou deminch’au soir, quouro fau reveni...
E lou matin, li gènt van faire sa joumado,
E lou soir, de que fan ?..., quand rintron pèr fournado,

E bè, après soupa, cercon si sensacioun
Dins un’autro vesprado de la televisioun !
Se parties, Prouvençau, bello lengo d’image,
Sarié pèr que li gènt soun bèn dins soun froumage,

E es just pèr acò que se pourra rèn faire :
Aquéu mounde que dor, de chanço n’i’a pas gaire
De li boulega tóuti, tóuti en même tèms :
Es pèr acò que tu, tout soulet, ié pos rèn !

Pamens, te gardaren, lengo pleno de jour,
Lengo de souleiado, belugo dóu miejour !...
La lengo, pèr un ome, es soun identita
Que l’estac’à sa terro, sa persounalita...

Se partiés, ô ma lengo, dins tóuti lis oustau,
Fariés perdre nost’amo : l’amo dóu Prouvençau !...

E. Daudet
Juliet 1989

Les contes de Provence du messourguié

D’autres écrits en français sont venus en 2010 accroître cette production sur des sujets historiques locaux, mais aussi et surtout des contes de ces dernières décennies, recueillis et publiés par l’auteur sous le titre « Les contes de Provence du messourguié » (du Français ‘menteur’, mais qui a en Provençal le sens de conteur imaginatif usant de la voix et du geste pour commenter à sa façon la réalité).

Un ouvrage de 260 pages contenant une trentaine d’histoires vraies ou du moins racontées par des personnages hauts en couleur autour d’un verre, qu’Henri Daudet nous livre pour ne pas oublier une époque révolue.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page