Vous êtes ici : Histoire > Chronologie > I. XVIIIème siècle
I. XVIIIème siècle
Les institutions sont en crise

La communauté avec ses consuls élus ou les offices royaux achetés par une noblesse de robe (bourgeoisie méprisée par la noblesse d’épée), la paroisse avec ses prêtres à l’autorité limitée et ses puissantes confréries, la seigneurie avec le déclin de ses familles contestées, les travailleurs et artisans revendiquant une meilleure place, n’acceptent plus de se soumettre aux autres, veulent s’émanciper, entrent souvent en conflit au gré des humeurs des personnalités. Les bourgeois acquièrent un rôle grandissant dans un village médiéval où chacun s’accroche à son pouvoir, noue des liens ou se bat pour le conserver, alors que l’état royal, et l’archevêque seigneur majeur, tentent de régner sans partage juriquement, administrativement, fiscalement.

1700, deux moulins d’huile de Villard rue des Pénitents, et de Vailhent route de Frigolet (fermé en 1920).

Sous Louis XIV, Barbentane doit laisser cantonner presque chaque année, des régiments de passage.

1704 - 1706 - 1711 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières pour la pluie.

1706 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières pour faire cesser les inondations.

1707 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières au sujet de la disette.

1708 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières pour obtenir la sérénité du temps.

6 janvier 1709, froid intense, moins vingt degrés, Rhône gelé sur 18 pieds.

1712 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières pour que prêtres et fidèles soient moins vaniteux.

1714 : L’archevêque d’Avignon ordonne l’exposition du bois de la Sainte Croix dans les églises.

1715 : L’archevêque d’Avignon ordonne des prières pour implorer les secours du ciel contre les Turcs.

De 1719 à 1723, procès contre les seigneurs des Issards et Chartreux de Vernède qui élèvent des pallières.

1720-1721 : Peste... Les membres du parlement d’Aix fuient à Barbentane chez les Mondragon et Robin. Un arrêt du Conseil d’Etat du 14 septembre 1720 interdit de franchir Verdon, Durance ou Rhône sans certificat sanitaire. Les ports de Marseille et de Toulon sont bloqués. L’Etat mobilise 30 000 hommes armés, civils et "militaires, aux limites des provinces menacées : Languedoc, Roussillon, Vivarais, Comtat Venaissin, Dauphiné. Entre mars et août 1721, un mur long de 100 km, haut de 2 m et précédé d’un fossé de 2m, est édifié depuis Bonpas sur la Durance jusqu’à Sisteron. Énorme dispositif de surveillance levé en février 1723, suivi d’un glorieux Te Deum chanté dans toutes les cathédrales.

1721 : En désaccord sur leur salaire, des travailleurs font la grève perlée (retard le matin, avance le soir).

1724, délibération du conseil de ville fixant la durée journalière du travail à 13 heures pour 12 sols au plus.

1724 : Contestation des travailleurs et ménagers employeurs, menacés de sanctions s’ils payent davantage.

1724 : Procès sur pratiques illégales des Bijaudy. Le pouvoir passe au clan Villard. Signe des temps à venir.

1724, pour alléger la dette communale, les herses sarrasines des portes Calendale et Séquier, sont vendues.

1732, la glace a remplacé la salaison. La glacière donne son nom à la rue de la Glacière.

1732, l’archevêque en visite déplore la pluie sur les fonts baptismaux, la nef et les chapelles, les murs du cimetière effondrés, l’hôpital mal tenu, les bailes des confréries et recteurs de chapellenies refusant de donner leurs comptes au curé.

1733 à 1737 : construction de la chapelle de l’hôpital des pauvres.

1735, Augustin Bobé de Moyneuse achète l’office de maire du village. Consuls élus bafoués.

1736, François Martin Boudard achète l’office de conseiller du roi et maire. Image dégradée des institutions.

1737, le roi reprend ses offices invendus et récompense Martin-Boudard du titre de conseiller du roi.

1737 : Le seigneur de Robin se plaint de Marguerite Lombarde épouse Plumeau recevant chez elle tous les pauvres de passage qui empestent le quartier, font craindre les vols ou les incendies. Il obtient la clé de la tour prison pour que la Lombarde y loge les pauvres hères à condition de les enfermer la nuit.

1738 : Secousse sismique en juillet et septembre sur la faille de Tarascon, épicentre Carpentras (Intensité 6).

1739, deux moulins du Mas Livent, et de Bertaud en Canade.

1740 : 2 châteaux, 375 maisons, 96 mas, 197 agriculteurs cultivent 1152 ha en plaine et 589 en Montagnette.

1742 : L’élevage du ver à soie se développe pour les soieries d’Avignon.

1747 : Mévente des offices. Le roi nomme les trois consuls du village qui vont rester dix ans en fonction.

1748 : Construction par Jean-Louis Guyon d’un four privé dans sa maison de la Grande Rue.

1748 : Bernard Verdeau, valet du seigneur de Puget et coupable de vol, est condamné à être pendu.

1754 et 1755, la Durance devient fléau, rupture de digues, six inondations déposent 1 à 2,50 m de sable.

1756-1757 : Deux grandes paillères autorisées et contestées par les seigneurs de Forbin et des Issarts.

1756 : Nouveau cimetière au Séquier car tombes dans l’église incommodent et St-Jean de Vénasque est loin.

1759 : Construction d’un 2ème four en haut de la rue du Séquier.

1764 : Réparations de la maison curiale de la Clastre et nouvelle chaire en noyer.

1768 :
- François-Palamède de Forbin, sgr des Angles, des Issarts..., réclame le Maliven et environs. Il gagne le procès engagé contre M. De Chabert pour ses ouvrages et pallières construits illégalement dans le lit de la Durance enlevant des terres à ses domaines du Gard.
- Louis XV occupe Avignon pour chasser les jésuites accueilli par le pape et restaure les institutions.

1769 :
- Secousse sismique le 18 novembre à 4 h à Bédarrides (intensité VI-VII MSK), annonçant le séisme du 21 décembre à 14 h 29 sur la faille de Tarascon, épicentre Bédarrides (Intensité 7).
- Le pape Clément XIV qui a supprimé l’ordre des Jésuites en 1768, les expulse et saisit leurs biens.

1770, l’archevêque François de Manzi remet en place les juridictions abolies contre l’avis des royalistes.

1774, Louis XV décède, le pape annule les décisions de son archevêque qui est exilé à Barbentane.

1774 : Réhabilité en octobre, l’archevêque François de Manzi meurt en novembre.

1774, moulin à vent dit de Bretoule avec la famille Berlandier, de Boulbon.

1776 : Interdiction royale d’inhumation dans l’église sauf curés et nobles pour raisons de salubrité publique.

1780 : Mise en culture d’une nouvelle plante, la garance, manne financière inespérée jusqu’en 1870.

1782, les six cents hectares de Montagnette « spoliés » en 1643 redeviennent communaux.

1788 : Hiver vigoureux, Rhône gelé, vent violent, neige, détruction des oliviers et figuiers : la faim rode !

Le 15 août 1789, lors de la procession du vœu du royaume, Claude Millaudon donne le signal de la révolte.

1790 : 2 268 habitants.

1794, le curé Antoine Tinet est guillotiné à Orange par les révolutionnaires.

1795, l’ancien maire Joseph Malosse et le curé Joseph Chabaud sont assassinés par les royalistes.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page