Vous êtes ici : Actualités > Municipales > Les mots pour le dire
Les mots pour le dire

Professeur en sciences humaines, Monsieur le Maire égare parfois ses humanités ?

Outre les commentaires naturels sur l’activité municipale, le premier personnage communal tient depuis sept ans des propos trimestriels sur sa vision de la politique, sur ceux qui le gênent, le critiquent ou ne partagent pas ses vues ou ses projets et sur bien d’autres choses.
Le respect des adversaires ou des paroles d’élus n’est pas une pratique habituelle dans ce village et à l’occasion de cette fin de mandat, nous avons relevé les aspects les plus « originaux » dans ses messages subliminaux diffusés par le canal historique des bulletins municipaux.

Juillet 2002. Sur l’insécurité et la délinquance, thèmes des récentes élections présidentielles… : « …Ne laissons pas nos enfants perturber la tranquillité de tous par des engins bruyants à toute heure du jour et de la nuit… ».
On recherche une jeunesse silencieuse, qui dort la nuit et ne bouge pas le jour !

Septembre 2003 – Sur la réglementation avant tout gros projet… : « …Les bureaux d’étude pressentis vont nous rendre leur projet pour le centre ancien dans la deuxième quinzaine de septembre afin d’entamer une nouvelle demande de Déclaration d’Utilité Publique donnant lieu à enquête publique qui permettra de vous informer sur cette réalisation et vous donnera la possibilité de vous exprimer… ».
Demande au Préfet pour le projet centre ancien, enquête publique, information et expression des habitants, M. le Maire savait donc que la DUP était nécessaire aussi pour l’école !

Mars 2004 – Sur la lisibilité de l’action municipale… : « …même si certains tentent de brouiller le message… ».
Des parasites quoi !

Septembre 2004 – Sur l’adhésion de la Communauté des Communes au SCOT Pays d’Arles… : « …il nous reste à espérer que la perte de cette compétence…, ne nous obligera pas à suivre des directives préjudiciables à la commune en matière de logement… ».
Préjudiciables sauf pour les jeunes, les personnes âgées et les familles modestes qui cherchent à se loger !

Avril 2005 – Sur les auteurs de la pétition voulant éviter l’école sur la Montagnette… : « …il est consternant que quelques rares individus, guidés par des intérêts personnels, cherchent à entraver la modernisation et l’équipement du village… ».
La Montagnette est donc sans intérêt collectif !

Mai 2006 à la salle des fêtes – Sur l’avancée du projet du centre ancien… : « …la remise des clés aux propriétaires du futur centre ancien aura lieu début 2008… ». Puis en juillet, il la reportait en octobre 2008.
En ce mois de février 2008, les marchés ne sont pas encore tous attribués et les coûts explosent !

Décembre 2006 :
- Sur les "entraveurs" de la modernisation positive…
 : « …quelques personnes ne voient que le côté négatif des choses… ».
Certains voient même un saccage de la Montagnette !
- Sur l’année électorale qui commence… : « …Quelques-uns se sentent obligés de faire de la politique sur tout et pour tout… ».
Et en plus ils se mêlent de ce qui ne les regarde pas !

Avril 2007 :
- À la veille des élections…
 : « …Quant à moi, je n’ai parrainé aucun candidat afin de respecter les Barbentanais et les conseillers municipaux toutes tendances qui m’ont fait confiance et les élus des autres collectivités territoriales qui nous soutiennent, notamment financièrement, dans nos projets… »
M. ICHARTEL et M. BLANC ont signé l’appel en faveur de M. REYNES candidat député…
- Sur la protection de la Montagnette… : « …La page centrale ‘du bulletin’ est consacrée à la Montagnette qui marque l’identité de notre territoire. Sa protection et son entretien, soit communal, soit syndical dans le cadre du PIDAF avec Boulbon, Graveson et Tarascon devient difficile par manque de moyens. Mais en collaboration avec l’ONF, le SDIS, le CCFF, les propriétaires et les usagers du massif nous essayons de préserver au mieux cet espace naturel menacé… ».
Ah, ces chenilles processionnaires dans une cour d’école…
- Sur les raisons d’augmenter les taxes communales… Dixit Michel BLANC : « …il est plus judicieux d’augmenter modestement un peu chaque année, pour éviter les fortes augmentations…
La sincérité municipale des comptes et prévisions est en de bonnes mains !

Juillet 2007 :
- Sur la rencontre en juin avec Jean-Noël GUERINI président du Conseil général…
 : « …Il m’a confirmé le choix de Barbentane pour la construction du futur collège et son intention de l’annoncer lors d’une visite dans notre commune, en septembre, pour la pose de la première pierre du groupe scolaire et du centre ancien… ».
M. GUERINI avait déclaré en mai 2007 dans ‘La Provence’ : « …son inquiétude devant les lenteurs de la municipalité barbentanaise dans ce dossier du collège. Cinq ans, c’est un peu trop long, et M. le Maire a jusqu’en décembre pour prouver qu’il le veut, sinon il sera construit dans une ville voisine… ».
Septembre 2007 est passé et la pose des parpaings est toujours en attente en février 2008 !
- Sur le refus en 2001 de construire des logements sociaux et préférer payer la taxe SRU, puis son constat peiné en 2007… : « …Les nombreuses demandes de logements qui nous parviennent prouvent là aussi les besoins urgents… ».
En 2001, c’était évidemment moins urgent !
- Sur l’entretien amical et fructueux avec le président du Conseil général en juin… : « …il a affirmé sa volonté d’accélérer la programmation du projet de la nouvelle caserne des pompiers intercommunale Barbentane-Boulbon… ».
Amical sans doute, mais fructueux surtout pour Boulbon !

Octobre 2007 - Sur la gestion des affaires publiques… : « …Et tout cela ‘mange’ énormément de temps, d’autant plus que tout au long du parcours, une administration tatillonne, les adversaires du projet qui le retardent à souhait… ».
Les adversaires n’ont aucune autre raison que de retarder le char municipal à souhait !

Janvier 2008 :
- Sur ‘qui a eu l’idée du collège’ et après avoir évoqué « l’honnêteté politique des opposants »…
 : « Il (le Maire) a saisi l’opportunité, par sa force de ‘dissuasion’ (sic), d’implanter un collège sur notre commune… »
Sans vouloir ‘persuader’ qui que ce soit, Mme Jane LAMBERT avait proposé cette construction en 2001 bien avant lui et pris les contacts nécessaires à sa réalisation. S’attribuer tous les mérites illustre les limites de la sincérité tout court, puis surtout un culot d’enfer et quelque misogynie.
- Sur la décision du Tribunal administratif d’annuler les décisions… : « …Les délibérations invalidées par le tribunal vont être reprises, elles ne remettent pas en question les marchés ni la procédure… »
Le tribunal a donc pris une décision pour rire et la Mairie fait appel de cette décision pour rigoler !
- Sur l’attitude de certains conseillers municipaux majoritaires… : Par souci d’apaisement des esprits, nous dirons que les graves accusations municipales ont été écrites dans un moment d’égarement, car le Maire « ne s’est jamais mêlé des polémiques stériles, et patati et patata ».
- Sur le cri du cœur de l’APE et des enseignants… : Par souci d’exprimer notre compréhension pour la difficile tâche des enseignants coincés depuis dix ans dans leur étroite école et par solidarité avec les parents qui n’en peuvent plus d’attendre, nous ne relèverons pas leurs contradictions mais quelques simples questions :
* Un Maire qui arrive à faire croire qu’il faut attendre 9 ans pour ouvrir une école, vous paraît-il sérieux ?
* Un enseignant qui trouve curieuse une démocratie où les lois fonctionnent (sauf si elles sont en sa faveur, évidemment !), enseigne quoi à ses élèves ?
* Le même qui dénie le droit à une association d’être en désaccord, enseigne quoi à ses élèves ?
* Le même qui caricature la position de la dite association, enseigne le respect d’opinion ou la violence verbale ?
N’en déplaise à certains, protéger la Montagnette déjà trop fortement occupée, c’est le rôle des lois, des associations, des opinions, de la démocratie, du Maire et même des écoles. Qui faillit dans cette histoire ?

La campagne en cours risque d’être riche en qualificatifs au vu de la haute tension créée par les déclarations du dernier bulletin municipal.
Nous complèterons hélas cette narration si nécessaire.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page