Vous êtes ici : Actualités > Le XXIème siècle > Année 2008
Année 2008

Les évènements et réalisations du mois

EDF Aramon et le Grenelle de l’environnement…

… Car ils nous doivent plus que la lumière !


DECEMBRE 2008

L’église humide et froide

Les cérémonies de Noël seront humides et froides cette année car, en plus des deux erreurs hydrauliques du chantier, le chauffage ne fonctionne plus…


OCTOBRE 2008

La gabegie municipale continue :

- Réseau du pluvial de Bretoule. En décembre 2007, le Maire signe un contrat de maîtrise d’œuvre avec la DDE (montant des honoraires : 1 029 €) pour préparer et suivre les travaux d’aménagement du pluvial et mise en sécurité du chemin de Bretoule prévus pour une dépense de 54 412 €. Résultat en septembre 2008 : Une rallonge de 10 801 € est demandée soit + 20 % au motif qu’on avait oublié une conduite téléphonique cachée…
- Réseaux eau et assainissement de Réchaussier. En juillet 2007, le Maire signe un contrat de maîtrise d’ œuvre avec le bureau d’études Beterem-Infrastructure/Egis –Aménagement (montant des honoraires : 24 500 €) pour préparer et suivre les travaux d’extension des réseaux d’Eau et d’Assainissement au quartier Réchaussier prévus pour une dépense de 648 541 €. Résultat en septembre 2008 : Une rallonge de + 136 914 € est demandée soit + 21 % au motif qu’on avait oublié une bonne longueur et que ce plat quartier était humide…
- Ecole laïque : 10ème anniversaire de l’attente. En mars 2005, le Maire signe un contrat de maîtrise d’œuvre avec le bureau d’études- BRACE Ingénierie (montant des honoraires : 76 242 €) pour préparer et suivre les travaux de construction du groupe scolaire prévus pour une dépense de 2 516 710 € HT. Résultat en 2007, une rallonge de + 880 601 € soit + 29 % est étudiée au motif que le temps passe vite portant le montant des travaux à 3 890 586 €, puis un nouveau coût de 4 180 602 € augmente la prévision de 1 663 892 € soit 66 %, non définitif, au budget 2008 parce qu’il faut refaire tout le projet pour ne pas gêner la Tour !
- Petits oublis dans le raccordement des quartiers près de la voie ferrée à la station d’assainissement de Rognonas : Extension du réseau vers le chemin de la Gare (28 644,60 € HT), pose de 3 stations de refoulement (2 215,15 € HT), soit 30 859,75 € HT à ajouter au coût initial prévu de 168 264 € HT soit 199 123,75 € HT ou 238 152 € TTC et un nouvelle rallonge de + 18,34%.
Et tous ces travaux sont préparés et surveillés par une commission d’élus municipaux, que les architectes, cabinets d’étude et de maîtrise d’œuvre aident dans leurs prévisions… La commission des marchés publics devrait consulter un devin, ce serait plus efficace !

Alerte aux larcins !

Les caméras du centre ville devaient constituer la solution faisant peur aux voleurs, or il n’en est rien. La police municipale n’a toujours pas les moyens ni les conseils pour faire face à ces actes réguliers de délinquance.
Du passage de faux employés du gaz, d’EDF, du traitement des bois, ou des infractions de maisons, en passant par les vols de fruits et légumes dans les terres en forte progression, le village subit malgré les discours des élus municipaux et le découragement gagne.


SEPTEMBRE 2008

Rentrée scolaire compliquée pour l’École Laïque

LEO : Le parti des Pessugaux est de retour !

Résultats des sénatoriales BDR

Sur 3 061 inscrits, 3 051 votants, 52 blancs ou nuls et 2 999 exprimés :
- Liste GUERINI (Soc) 1 686 voix 56,22 % 5 élus : ANDREONI, GHALI, GUERINI, PASQUET, POVINELLI
- Liste GAUDIN (Maj) 1 182 voix 39,41 % 3 élus : GAUDIN, GILLES, JOISSAINS
- Liste COCAIGN (Vec) 77 voix 2,57 %
- Liste MARANDAT (FN) 39 voix 1,30 %
- Liste COMOLI (Aut) 14 voix 0,47 %
- Liste GROLLEAU (Dvd) 1 voix 0,03 %

Nouvelle claque pour le sénateur GAUDIN qui, après avoir vu son score diminuer et empêcher la quatrième de sa liste, notre conseillère générale Mme BERTRAND, de devenir sénatrice, se voit rétrogradé de la première à la quatrième vice-présidence du Sénat et remplacé par une socialiste Mme TASCA.


JUILLET-AOUT 2008

La saison des paires de claques

Claque municipale à Elisabeth et Jean-Louis
Déjà remise à une prochaine séance, la décision d’autoriser la famille d’une élue à passer sur la parcelle communale voisine pour accéder à sa propriété, et économiser d’autant son terrain de 20 ares où est bâtie la piscine a été soumise par M. le maire au Conseil municipal de juillet. Les élus devaient donc dire s’ils acceptaient de créer une servitude de passage sur une propriété communale pour constituer un nouvel accès privé à la maison de leur colistière sur la route de Frigolet. On ne sait pas ce qui a pris au Conseil, mais 17 élus ont estimé cette pratique indécente et, à bulletins secrets, ont dit non ! Cinq ont voté blanc et quatre ont dit oui. Une bonne partie de la liste « Agir ensemble pour Barbentane ! » s’est donc souvenue de ses promesses et a mis une claque au maire et à l’élue… Félicitations !

Claque hydraulique à Jean-Louis
L’extension du réseau d’eau et d’assainissement de Réchaussier est bientôt terminée. Si on écoute l’entreprise, ce chantier a été réalisé dans de très mauvaises conditions à cause de l’humidité des lieux. Le devis de travaux n’avait pas signalé que la moindre ouverture de tranchée allait provoquer une remontée immédiate des eaux, obligeant la pose rapide des canalisations et un rebouchage intempestif avant éventuelle réouverture. D’où des coûts supplémentaires et une facture déjà augmentée de 21%. La rallonge financière étant une spécialité locale, l’augmentation de confort des taxes communales va trouver ici toute sa raison d’exister afin que « le contribuable participe toujours plus à l’effort d’investissement de la municipalité » : 136 914 € de plus sur un devis de 648 541 €. La gestion communale est en de bonnes mains…

Claque intercommunale à Jean-Louis
Alors qu’il avait annoncé avant les élections que la Communauté des Communes (CCRAD) prendrait en charge l’amende annuelle SRU pour absence de logements sociaux, le Préfet a invalidé le Plan Local Habitat intercommunal qui le prévoyait ! Conséquence : Cette pratique indécente est refusée et Barbentane doit payer ses amendes SRU comme un vulgaire contrevenant…

Claques à la volée autour de la LEO

Claque intercommunale à Bernard
Voulant faire prendre à la CCRAD un redoutable virage à 180°, celui de se rapprocher d’Avignon (la copine UMP) en s’éloignant d’Arles et de St-Rémy (li rouge dòu miéjour), le député REYNES a d’abord trouvé de gros défauts au SCOT du Pays d’Arles, comme d’oublier notre intercommunalité (ça marche toujours, le petit coup du territoire abandonné), puis a fait dans « l’accompagnement de la douleur » au sujet de la LEO : Si les deux autres tranches sont abandonnées, la LEO ne sera qu’une rocade avignonnaise sans lien avec les autoroutes voisines qui va servir surtout aux arlésiens pour aller vite en Avignon et vice-versa (et donc Châteaurenard sera écarté du gros trafic !). L’Etat n’ayant pas respecté ses promesses de financement, il faut trouver les sous pour continuer les autres tranches et il propose de confier la liaison à un concessionnaire autoroutier dans le cadre du PPP (je laisse au privé ce que l’Etat ne veut plus faire !) AVEC MISE EN PLACE D’UN PEAGE…
Payer pour rouler sur la LEO, le député est devenu fada en plein, sans doute à force de manger des OGM !
La Communauté des Communes commence d’ailleurs à se demander à quoi joue le député !
Claque rognonaise à Bernard et Marie-Josée
Le conseil municipal de Rognonas vient d’y répondre en votant un nouveau refus de cette LEO aérienne qui détériore profondément les secteurs traversés et ne sert qu’à Avignon pour se débarrasser de sa circulation polluante. Pas question d’envisager de nouvelles tranches alors qu’on refuse le passage de la LEO en trajet aérien et que les perturbations hydrauliques sont graves.
La papaline a aussitôt pris la mouche et déversé un tombereau d’injures existentielles sur ce village qui refuse de lui parler alors qu’il n’existe que grâce à Avignon… Pour une élue qui espérait le mois dernier prendre langue avec les villages voisins du Sud pour les associer au Grand Avignon, la LEO n’est pas le meilleur sujet de consensus, et même le modèle par excellence du pire que Mme ROIG va devoir assumer.
Le député REYNES, qui sent que son virage se négocie mal, s’est cru obligé de proposer une réflexion générale en attendant que les grenelleux gouvernementaux sortent une idée pour rebondir et remettre Châteaurenard sur le pont.
Le maire de Barbentane, qui était si prolixe avant les élections sur son indéfectible amitié avec M. PICCARDA, maire de Rognonas, ne dit toujours rien…
Claques départementale et régionale à Bernard et Marie-Josée
Comme si cela ne suffisait, une double claque est venue confirmer la position du département et de la Région refusant la solution privée pour ces ouvrages et rappelant qu’ils ont tenu eux leurs promesses.
Le forcing actuel REYNES-ROIG est un moyen de faire payer aux contribuables locaux (par les subventions départementales ou régionales de préférence, ou par un péage) le manque de parole de l’Etat UMP dans un dossier pourri et un chantier catastrophique.

Visite de deux candidats aux sénatoriales

Les candidats GAUDIN et GUERINI ont effectué leur tournée électorale pour la campagne des sénatoriales de septembre auprès des 15 élus locaux désignés par le conseil municipal.
Le président départemental s’est engagé à continuer à soutenir les investissements locaux, mais personne n’a osé lui dire que le collège n’était plus qu’un mirage !
Le sénateur maire de Marseille a longuement insisté sur l’énorme travail de qualité de l’ancien député VACHET dans le domaine agricole ! Oubliant même qu’il a été, avec M. REYNES, Mme BERTRAND et M. ICHARTEL, un des artisans de sa brutale éviction aux dernières élections législatives… Toujours la galéjade du vieux port.

8 juillet : Bancule [*] est irradieux !

Une cuve déborde accidentellement et se déverse dans les rivières voisines et le canal Donzère-Mondragon vers le Rhône.
L’uranium du Tricastin s’écoule tranquillement hors d’une station de traitement, après une semaine de fuite non découverte, alors qu’on croyait que tout était prévu pour l’éviter !
On nous laisse même à penser que les 18 m3 de solution contenant 224 kg d’uranium vont s’évaporer par miracle dans les sols et les eaux, alors qu’ils vont polluer gravement la vie pendant des milliers d’années !
On oublie de nous dire que cette station est autorisée à rejeter toute l’année dans canal et rivières les liquides traités contenant un taux de 1 mg d’uranium maximum par litre, et dans l’air une quantité de 2,66 kg.
Et les autres installations du secteur : EURODIF I et II, COGEMA, COMURHEX font de même !
On évite de parler de toutes les autres substances (chlore, arsenic, mercure, plomb…), que l’une ou l’autre disperse journellement pour le plus grand bonheur des ouvriers des sites, des 45 000 personnes vivant dans un rayon de 10 km, de la faune et de la flore locale irradieuses abandonnées par la technocratie et les humains !
Le 8 juillet, à deux kilomètres au sud de la Socatri, la teneur en uranium est à 64 microgrammes (µg/l) et le 13 juillet à 36,6 µg/l au lieu des 15 autorisés par la norme. Les nappes phréatiques, déjà souillées avant cet incident par 3 tonnes d’uranium déposés à ciel ouvert sous forme de résidus et ruisselant à chaque pluie, viennent de recevoir de quoi irradier pendant des milliers d’années et faire partager aux habitants ce don de l’industrie nucléaire…
Le canal Donzère-Mondragon et le fleuve Rhône qui « bénéficient » de cette autre saloperie (après les dioxines…) sont devenus des égouts « autorisés » que citoyens et mairies acceptent sans broncher à nos risques et périls !

Voie ancienne sous la zone de Sagnon

En creusant pour connaître la profondeur de terre à enlever, les engins travaillant à la zone artisanale de Sagnon ont mis à jour des vestiges enfouis.
Sous 60 cm de terres agricoles, des sépultures en pierres tombales, avec ossements mais sans matériaux funéraires, ont été découverts de part et d’autre d’un chemin empierré de six mètres de large.
L’époque du moyen-âge est évoquée comme date de ces sépultures chrétiennes, sur la route d’Arles à Avignon passant au chemin d’Arles.
Après quelques photos, les vestiges ont été recouverts en attendant la suite…


JUIN 2008

Le roman de l’été pour l’hiver


Denys TURRIER, enfant du pays, publie son premier roman « Dans la lueur du fleuve-roi » : En Mai 1789, le Maître-batelier Firmin Coste entame sa première remonte de la saison sur le Rhône. Denys nous offre la vie tumultueuse d’une famille locale en des temps perturbés dans l’eau du fleuve-roi si cher à nos cœurs. En vente à « la Farandole » de Barbentane et dans toutes les bonnes librairies.

Des enfants travaillent aux poubelles !

On peut comprendre que des scolaires soient associés à la plantation d’arbres en Montagnette ou participent à la réflexion sur ce qui serait bon pour la forêt, mais utiliser des enfants pour enlever une tonne de déchets laissés par des adultes inconscients est incompréhensible…
C’est pourtant le résultat de l’opération « Collectif Montagnette Nette », ce machin municipal pas très net qui utilise les enfants pour ce nettoyage, sans doute en application du nouveau principe : « Agir ensemble pour Barbentane ! ».
Mais le même machin oublie de leur expliquer que toute l’année, la mairie autorise l’organisation de sports en tous genres sur le massif, accorde des constructions détruisant l’espace naturel historique, et laisse divaguer tous ceux qui le souhaitent.
Où étaient-ils donc les autres fouteux, les rugbymeux, les tenniseux, les footingeux, les trialeux, les randonneux, les vététeux, les bouleux, les chasseux, les habitants du massif et même les élus si prompts à appeler au civisme pour les autres, pendant que des gamins enlevaient leurs ordures ?
Le gros millier d’adhérents aux associations utilisatrices du massif est-il incapable de nettoyer ce qu’elles laissent salir ?
Et les employés municipaux refusent-ils les heures supplémentaires pour gagner plus en organisant un ramassage qui leur revient ?
Comment des élus, des parents et surtout des instituteurs peuvent se prêter à ce simulacre d’un nettoyage qui se donne des allures d’une expérience salutaire à but éducatif ?
Faire ramasser des canettes et des préservatifs à des enfants, indique simplement la dérive des grenelleux de pacotille qui n’ont d’autres idées que de faire des économies de personnel, en inventant un souci écologique dont ils se moquent toute l’année… Elle est bien partie la nouvelle politique locale du « Pôle Jeunesse et associations ».
Les enfants n’ont pas à payer les bêtises des adultes et les élus municipaux doivent savoir que plus ils accorderont d’activités et de constructions sur le massif, plus les déchets seront nombreux, plus ils sacrifieront la Montagnette avec ou sans collectif bidon décoré de prétextes spécieux.
Ils devraient même être les seuls à nettoyer un espace qu’ils laissent dégrader par leurs décisions irresponsables…

La LEO est au plus bas !

Le mardi 10 juin, nouvel orage de grêle

sur le secteur Nord-Est du village, de Réchaussier à la route de la Gare. Ce secteur peu touché par l’orage de mai a lui aussi subi d’énormes dégâts aux cultures.


MAI 2008

Un secrétaire d’Etat à la rescousse !

M. Hubert FALCO, chargé de l’aménagement du territoire, a été reçu le 9 mai au centre ancien, en compagnie du député M. Reynes, par M. le Maire devant le mur des lamentations. Il faut dire que tout va de travers en ce début de nouveau mandat et un petit coup de pouce a été sollicité pour sortir les dossiers de l’ornière dans laquelle le Maire s’enfonce :
- Un futur groupe scolaire bloqué aujourd’hui à cause de la proximité de la tour Anglica, ce foutu monument historique qu’un évêque médiéval irresponsable a fait construire sur la Montagnette ;
- Le projet de logements dits sociaux (sans rire) situé dans le centre ancien à côté de ce foutu porche de l’église classé lui aussi monument historique, comme si le sort voulait s’acharner sur notre bon Maire ;
- Et pour finir, un projet de foutu collège bloqué en raison d’une évidente mauvaise volonté municipale qui, après un premier mandat pour rien, annonce la simple reprise d’une étude de faisabilité pour voir, avec l’espoir que M. Guérini sera dupe ou consentant…
"La ville attend de l’État une véritable concertation sur ces dossiers" osent dire nos édiles !
Entouré de forces de l’ordre en uniforme et en civil, sans oublier les photographes, M. Falco est allé également sur le plateau où avait été fixé sur un arbre un panneau annonçant la construction prochaine de l’école. Un rapide serrage de main de quelques joueurs de cartes et boulistes, puis de quelques conseillers municipaux endimanchés réunis pour la circonstance, signait la fin de la visite éclair. M. Blanc est alors remonté au plateau pour enlever la pancarte à conserver pour d’autres évènements.

Un village dynamique !

De 2001 à 2007, la diminution naturelle de la population est de 22,56%, c’est-à-dire que Barbentane a perdu 145 personnes à cause d’une natalité de 121 personnes et de 266 décès. Le nombre de 131 mariages sur la même période ne suffit pas au renouvellement.

Trente minutes de grêle = Récoltes agricoles anéanties

Le lundi 6 mai en soirée, une pluie de grêlons s’abat sur quelques quartiers du village pendant une demi-heure. Tout au long de la bordure de Durance en particulier, les récoltes fruitières ont subi d’énormes dégâts. Les cerises déjà mûres comme celles encore vertes, les abricots, pêches et pommes encore verts ont été définitivement détériorés. La récolte 2008 est perdue pour quelques exploitants malchanceux dont les productions non protégées se trouvaient sur le chemin de l’orage. Ceux qui étaient assurés pourront faire marcher l’assurance, les autres ont perdu leur année de revenus.
Météo France a brillé par son absence : Aucune alerte, aucun tir anti-grêle, aucun avertissement.

La LEO est au plus bas !


AVRIL 2008

La Fondation Abbé Pierre dit tout haut…

… ce qui n’a besoin d’aucun commentaire.

Centre ancien = On bricole

Après une petite reprise annoncée lourdement la veille des élections, quelques tonnes de gravats ont été enlevées du centre ancien, puis… Rien. Esbroufe, avancée limitée, test anodin, problème récurrent, tout est possible dans ce dossier qui dure depuis fort longtemps et qui devrait durer encore.

La Communauté des Communes change de Président

M. PECOUT, Maire de Graveson, vient de perdre la présidence de la CCRAD au profit de M. GILLES Maire d’Eyragues. Il a été « victime » de l’esprit d’ouverture manifesté par le député UMP M. REYNES qu’il n’avait pas soutenu lors de son élection en 2007. Une liste concurrente a d’ailleurs été montée aux municipales 2008 sans succès à Graveson et à Rognonas contre les maires sortants qui préféraient l’ancien député VACHET. Sur les dix maires de l’intercommunalité, M. PECOUT paye ainsi son désaccord avec son collègue UMP en se retrouvant 9ème vice-Président de la CCRAD et constate que, même lors de ce vote, 10 voix sur 32 lui ont manqué.

Le Conseil municipal du 9 avril vote le Budget communal 2008

Curiosités :
* Une nouvelle augmentation des taxes d’habitation, foncier bâti et ordures ménagères pour un rapport prévu de 58 K€, alors que les excédents de 2007 sont de 808 K€ et que les dépenses imprévues au budget 2008 sont de 182 K€.
* Collège et Maison de Retraite Publique restent au stade d’étude de faisabilité !

- Taxes communales :
Habitation = 11,30 %. Taux augmenté de 1,80 % cette année soit 58,74 % d’accroissement depuis 2001.
Foncier bâti = 13,54 %. Taux augmenté de 1,80 % cette année soit 68,58 % d’accroissement depuis 2001.
Foncier non bâti = 36,00 %. Taux inchangé depuis 2001 et baisse de la Base de 11,36 % depuis 2001.
Ordures ménagères = 10,25 %. Taux augmenté de 1,49 % cette année soit 15,51 % d’accroissement depuis 2005.
Évolution des Taxes = Taux global de 71,09 % augmenté de 0,84 % cette année et accru de 100 % depuis 2001.

- Taxe 2008 de la loi SRU pour insuffisance de logements sociaux à Barbentane : prévue à 0 € malgré l’absence de logements…

- Subventions aux associations : 251 900 € (voir Liste 2008).

- Indemnités et frais de fonction aux élus municipaux prévues au budget pour 105 000 € en 2008 et perçues par :
Maire = 1 684 € chaque mois,
Maire en tant que vice-président de la Communauté des Communes = 678 € chaque mois,
Adjoints = 524 € chaque mois.
Conseillers = 374 € ou 168 € chaque mois.

- Budgets :
De la Commune : Les dépenses et recettes prévues sont de 8 120 K€ réparties en Fonctionnement = 3 569 K€, Investissement = 4 551 K€.
De l’eau : Les dépenses et recettes prévues sont de 473 K€ réparties en Exploitation = 21 K€, Investissement = 452 K€.
De l’assainissement : Les dépenses et recettes prévues sont de 1 211 K€ réparties en Exploitation = 245 K€, Investissement = 966 K€.
Funéraire : Les dépenses et recettes prévues sont de 2 K€ en Exploitation.


MARS 2008

Nuit du 25/26 : Cambriolage de la boulangerie du Four, sous l’œil de la caméra vidéo-surveillance du Cours.

18 : L’entreprise qui a creusé une large tranchée de quelques mètres de profondeur au chemin d’Arles pour les travaux de déplacement du pipeline gazier a vu aussitôt celle-ci se remplir d’eau.
Même l’utilisation non prévue de pompes puissantes a le plus grand mal à la débarrasser de ce liquide indésirable ! Le même problème se pose d’ailleurs pour les travaux de l’assainissement à Réchaussier.
On a oublié de signaler aux entreprises qu’elles sont en zone humide, d’ailleurs niée par les experts commis pour les grands projets, et pourtant toujours très active, alimentée par la Durance, par de nombreuses résurgences, écoulements et alimentant notre Lonne qui coule toute l’année.
Il y a des paramètres incontournables dont on nie l’évidence et des solutions rigolotes du genre "nettoyage de fossés" qui amusent un temps en donnant l’impression de faire quelque chose. Il y a aussi les techniques non criées sur les toits qui consistent à écouler la zone humide dans le réseau d’assainissement (route de la Gare par exemple), ou de placement définitif de pompes immergées (surtout quand la pente n’est pas respectée, comme au chemin de la Fissarde) aux frais des usagers des réseaux et d’une entreprise gestionnaire qui s’étonne de l’arrivée de volume d’eau supérieure à la consommation dans la station d’épuration…
La LEO et tous ces travaux en sous-sol sont une source de modifications hydrauliques importantes pour le village dont personne ne semble mesurer les conséquences…

La battue annuelle aux renards du 17 mars n’a rien donné. Une trentaine de bêtes sont détruites chaque année.


ÉLECTION CANTONALE DU 9 MARS 2008
Les résultats à Barbentane :

• ANASTASI (MODEM) 115,
• AUBERT (PS, PC, PRG, MRC, Verts) 462,
• BERTRAND (UMP) 1007,
• REYRE (FN) 304.

Secteur de Châteaurenard

• ANASTASI 6%,
• AUBERT 28%,
• BERTRAND 50% réélue,
• REYRE 14%.

Évènements de la campagne des municipales
au jour le jour

16 mars : Election du Maire et des adjoints.
M. Jean-Louis ICHARTEL a été élu Maire avec 23 voix contre 4 sur 27 présents.
L’élection des adjoints n’a pas été celle prévue car, avec seulement 22 voix et 5 contre, une voix de l’équipe du Maire a joué contre son camp et le nombre d’adjoints s’est arrêté à 7 au lieu des 8 habituels. En attendant la suite, les adjoints élus sont :
1 Michel MOUCADEAU
2 Claudine PATINET-LORD
3 Michel BLANC
4 Annie GOUBERT
5 André BOURGES
6 Josiane PIN
7 Christian FOSCO

9 mars : Résultats électoraux
Inscrits = 2960
Participation à 12 h : 41%
Les résultats
Abstentions 27%
Votants = 2161
Exprimés = 2054
Nuls = 107
GRANIER 28%
ICHARTEL 67% réélu

Les 27 élus :

Liste ICHARTEL
1 Jean-Louis ICHARTEL
2 Claudine PATINET-LORD
3 Michel MOUCADEAU
4 Annie GOUBERT
5 Michel BLANC
6 Josiane PIN
7 André BOURGES
8 Christelle TEYSSEDOU
9 Christian FOSCO
10 Hélène FONTAINE
11 Frédéric MARTEAU
12 Élisabeth RABASA
13 Gérard BOURRET
14 Hélène OLAGNON
15 Jean-Pierre ENJOLRAS
16 Véronique LECLERCQ
17 Frédéric RAOULX
18 Solange TONZO
19 Frédéric GINOUX
20 Annic ROSSI
21 Vincent ABRIEU
22 Agnès CASTRALE
23 Christophe CHARLES

Liste GRANIER
1 André GRANIER
2 Lise GALAS
3 Pierre VERNET
4 Béatrice MOURET-DEURRIEU

7 mars :
- Les enveloppes de circulaires et bulletins de vote des élections municipales arrivent dans les boîtes aux lettres.
- Les représentants des deux listes parcourent le mini-marché hebdomadaire de St-Joseph.
- La liste GRANIER distribue une information aux parents d’élèves des deux écoles.
- La liste GRANIER offre un apéritif aux résidents du Foyer-Résidence à une heure qui ne peut pas gêner son adversaire.

6 mars :
- « La Provence » publie un mini-reportage sur Barbentane avec des propos de comptoirs tenant lieu d’analyse au seul profit de la liste ICHARTEL. C’est un curieux équilibre journalistique où l’information n’est plus ce qu’elle devrait être. Quand on pense que tout cela ne servira à rien…
- La liste ICHARTEL tient sa réunion publique à la salle des fêtes avec plusieurs thèmes forts : Les travaux du Centre ancien commencent lundi prochain, le nouveau groupe scolaire est maintenu sur la Montagnette, un lotissement communal dont le lieu est inconnu mais pas dans la plaine (donc sur le massif…), un camping installé vers la colline, l’ancienne école réaménagée avec salle sportive et associative, et deux grosses surprises avec le collège et la Maison de Retraite publique abandonnés ! Trop chers pour Barbentane…

5 mars :
- La liste GRANIER tient sa réunion publique à la salle des fêtes avec plusieurs thèmes forts : Le massif de la Montagnette ne sera plus urbanisé, le nouveau groupe scolaire sera étudié d’abord à la place de l’ancienne école, la protection hydraulique sera mieux assuré et les structures nécessaires réalisées (Collège, logements sociaux, Maison de retraite médicalisée, zone d’activités, salle polyvalente).
- La liste ICHARTEL offre à la même heure un apéritif aux résidents du Foyer-Résidence. Pratique manœuvrière peu honorable avec une quinzaine de personnes présentes sur les soixante résidents.

4 mars :
- La liste GRANIER distribue une invitation à sa réunion publique du mercredi 5 mars à 18 h 30.

- La Mairie informe les électeurs de se munir obligatoirement d’une carte d’identité et de la carte d’électeur pour venir voter, par service vocal téléphonique automatique.
- Les enveloppes officielles des élections cantonales arrivent dans les boîtes à lettres.

1 mars :
- La liste ICHARTEL distribue son troisième bulletin d’information.
- Le journal « La Provence » annonce les deux réunions publiques : Le mercredi 5 mars pour la liste GRANIER, le jeudi 6 mars pour la liste ICHARTEL, à 18 h 30.


FEVRIER 2008

29 février : Les listes GRANIER et ICHARTEL affichent sur les panneaux officiels.

27 février : Les deux articles publiés par la liste ICHARTEL dans le journal « La Provence » du 11 février sur le projet d’école en Montagnette sont affichés au portail de l’école laïque actuelle.
Les enseignants et responsables de l’APE rappellent ainsi aux parents leur soutien à ce projet.

26 février :
- Le DDARD communique sur une information malveillante et erronée.

- Aux questions sur les projets scolaires au village lors de sa réunion publique à Barbentane, Mme BERTRAND conseillère sortant candidate aux cantonales excuse M. le Maire pour la lenteur du collège en précisant : « Il faut dix ans pour une telle réalisation ». Et ne dit pas un mot sur le projet scolaire…
Signalons pour son information que le collège de Plan-de-Cuques inauguré récemment et d’importance proche de celui prévu à Barbentane, a été réalisé en quatre ans, malgré d’énormes difficultés : Défaillance d’entreprises, reprise de toute la procédure et démolition du gros œuvre déjà réalisé…

25 février :
- M. MATOSSY, Président de l’Association « Mieux Vivre à Barbentane » répond à sa mise en cause dans le dossier du groupe scolaire.

- Le journal "La Provence" publie la liste GRANIER et la photo des candidats.

20 février : Questionnée sur le collège lors de sa réunion publique à Barbentane, Mme AUBERT candidate aux cantonales évoque « l’attente du Conseil Général ».

15 février : Les listes GRANIER et ICHARTEL sortent leur programme.

13 février : Le journal « Le Monde » publie le palmarès 2008 des communes appliquant la loi SRU, constitué par la Fondation Abbé Pierre.
Parmi les villes de moins de 5000 habitants, cinq communes sont nominées dans la catégorie « Très mauvais élèves » et BARBENTANE figure en deuxième position avec un taux de 3,5 % de logements sociaux au lieu des 20% et aucun financement depuis 2002 !
Les commentaires de la Fondation parlent de « situation scandaleuse de ces communes n’ayant pas construit un seul logement social en cinq ans… », qui ont fait « un choix délibéré de ne pas respecter la loi, orientant le public demandeur vers d’autres communes parfois éloignées. Certaines se félicitant même de leur position ou en faisant un argument électoral. »
La Fondation Abbé Pierre a donc choisi d’inscrire BARBENTANE au tableau de déshonneur, et évoque une commune qui manifeste un égoïsme local inacceptable en cette période de crise du logement. Elle s’étonne aussi de l’absence de constat de carence de la part du Préfet, ce qui confirme son reproche de laxisme voire de complaisance des pouvoirs publics pour des situations intolérables.

11 février : La Liste ICHARTEL publie deux articles sur la future école dans le journal « La Provence » .
Le Maire précise qu’il n’a pas changé d’avis pour le projet d’école en Montagnette, qu’il a lancé cette fois la procédure ignorée auparavant, qu’il ne construit plus que huit classes primaires au lieu de onze (!) et cinq classes maternelles (!) au lieu de trois, mais il rajoute une salle polyvalente (!), une médiathèque (!) et une salle d’arts plastiques.
Les responsables de l’APE renouvellent leur soutien à ce projet.

7 février : La Liste ICHARTEL informe dans les boîtes aux lettres qu’elle ouvre un site Internet spécial élections.

7 février : La Liste ICHARTEL publie ses candidats sur le journal « La Provence » .

3 février : Candidature de la Liste GRANIER sur le journal « La Provence ».

2 février : Journal de campagne de la Liste ICHARTEL dans boîte aux lettres.
Quatre pages luxueuses pour présenter le bilan des réalisations et l’équipe des candidats.


JANVIER 2008

28 janvier : Candidature de la Liste GRANIER par tract dans boîte aux lettres.
Liste "Sans étiquette" informant des raisons de leur présence : Promesses non tenues par l’équipe sortante, projets contestables, pratiques équivoques - et de leurs projets dans quatre domaines : Protection du patrimoine et de l’environnement, Reprise en main du développement, Soutien aux associations – culture – fêtes et traditions, Retrouver la confiance et une véritable communication.

25 janvier : Candidature de la Liste ICHARTEL sur le journal « La Provence ».
Liste "Divers droite" pour mener à bien de grands projets : Annonce de rencontre avec le sous-préfet qui relance le projet pour l’école ; Gestion future basée sur projet ambitieux et lisible de rénovation des infrastructures et des services. Relations avec administrés faites d’écoute et de proximité ; Réaménagement du CD 35 ; Poursuite de la rénovation du centre ancien ; Renouvellement de 30% de l’équipe sortante basée sur la qualité de vie et la proximité.

10 janvier : Sortie du Bulletin municipal Du Haut de la Tour.
Salves d’artillerie de l’équipe sortante contre les élus minoritaires, causes de tous les malheurs du dossier scolaire. Cris des enseignants et parents d’élèves contre les associations coupables d’entraves au projet d’école et contre les règlements parfois défavorables.

6 janvier : Cérémonie des vœux du Maire.
Remerciements aux élus sortants qui ne se représentent pas. Annonce d’une nouvelle candidature Ichartel avec une équipe renouvelée. Promesses de réalisations dans les mois qui viennent de tout ce qui n’a pas été fait en sept ans.


JANVIER 2008 avant la campagne

- Le Maire a prévu le lot n° 50 pour construire la future maison de retraite médicalisée rte de Boulbon à côté du collège.
- Les travaux de réfection de la place de l’église ont mis à jour des squelettes de l’ancien cimetière. Les ossements ont été déposés en Mairie…
- La Poste du village, après avoir supprimé le receveur, le tri du courrier, sous le terme technique de réorganisation, enlève la boîte à lettres intérieure et remplace le dispositif par trois boîtes au parking route de Boulbon, à côté de la cabine du rond-point Saint-Joseph et sur le mur extérieur du bureau postal sur le Cours. La prochaine étape devrait démontrer la nouvelle définition du service public minimum quand l’État veut faire des économies.
- La charte sharka qui consiste à accepter l’arrachage total des pêchers sur une zone contaminée par le virus, est refusée par les agriculteurs de Barbentane, Boulbon et Tarascon. Le représentant du ministre de l’Agriculture, qui les avait réunis en fin d’année dernière afin de compléter l’acceptation des autres villages du Nord du département, a été fraîchement accueilli.
L’arrachage partiel des arbres maintient la présence de la sharka et menace les nouvelles plantations de contamination.
Déjà inquiets devant les conditions de fonctionnement des marchés agricoles, très préoccupés par l’aggravation des risques hydrauliques dans la plaine agricole où ils se sentent abandonnés, ils manifestent à leur façon un mécontentement profond en laissant à l’État le soin de décider, comme d’habitude, de leur sort…

Notes

[*] Bancule utilisé sous la forme : « C’est la faute à Bancule ». Terme populaire local grossier employé pour expliquer que c’est la faute à personne, tout en exprimant une grosse colère rentrée à l’encontre d’auteurs intouchables qui ne perdent rien pour attendre. Il faut lire, dans ce mot introuvable sur les dictionnaires, deux parties inégales dont la première (B) peut se définir par : « causée par une bande de petites b…… », et le reste se deviner dans les approximations suivantes : « …, auteurs maudits qui au lieu de respecter gens et milieux se comportent comme des e……, et nous prennent pour des c… ». Adaptables aussi bien envers les hommes politiques corrompus, les pollueurs inconséquents, les services techniques ou administratifs pervertis…


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page