Vous êtes ici : Blog > Mots d’ici > Les débats continuent
Les débats continuent

Vos avis et propositions

Sont publiés ici vos courriels et commentaires concernant l’appréciation ou non du site, mais surtout, avant puis après la campagne électorale de mars 2008, les questions, remarques et propositions.


Pour nous écrire clic sur > contacts puis
saisir Votre adresse email, Sujet, et dans la partie texte du message :
Nom, prénom, adresse - Texte à publier - Pseudo signature !

14) « Associer le contribuable à l’effort financier de la commune ! »
Les quatre élus d’opposition : Lise GALAS, André GRANIER, Béatrice MOURET, Pierre VERNET expliquent leur refus de voter le budget 2008.


Pour notre premier article post électoral nous tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui avaient choisi de voter pour notre équipe dans l’espoir d’un changement pour Barbentane ; en effet le journal La Provence n’a pas daigné faire paraître l’article en ce sens que nous leur avions adressé… allez savoir pourquoi.
Les 4 élus que nous sommes vont veiller à la bonne régularité des délibérations municipales en vous tenant informés de façon objective du suivi des dossiers en cours, pour lesquels la communication de l’équipe sortante a été trop souvent défaillante.
C’est ainsi que bien malgré nous, nous devons vous annoncer la première bonne nouvelle du nouveau mandat : une augmentation des impôts à raison de 1.80% pour la taxe d’habitation et de 1.70% pour la taxe foncière bâtie ; ces deux augmentations des taux produisent un gain pour la commune de 21 000€, qui s’ajouteront au 197 000 € qui ne sont pas soumis au vote, car ils résultent de l’augmentation des bases (calculées par les services fiscaux).
Lors du dernier conseil la question a été posée par vos élus de l’utilité de cette augmentation des taux : la réponse a été qu’elle n’est pas nécessaire à l’équilibre du budget, ce n’est pas non plus, comme cela avait été indiqué ces dernières années, pour nous aligner sur la moyenne des communes de la communauté de communes, non, cette fois-ci c’est pour « associer le contribuable à l’effort financier de la commune ».
Vous apprécierez, cher citoyen - électeur – contribuable, le sel de la formule puisque la commune n’est pas une personne morale extérieure à vous, mais financièrement parlant, elle incarne votre argent puisqu’elle a pour ressources, vos impôts communaux, vos impôts d’Etat directs et indirects, comme la TVA, qui reviennent sous forme de subvention et de dotation, et vos impôts du département et de la région, qui lui reviennent en subvention ; vous apprécierez donc d’être associé à vous-même pour mettre un peu plus la main au portefeuille !
Mais me direz-vous, pourquoi ne pas augmenter les impôts si la commune en a besoin ? En effet il n’y aurait rien à redire, si le budget de la commune le nécessitait, mais vous observerez dans ce budget, (document public accessible à tous) quelques chiffres qui posent question :
- une augmentation de la ligne « indemnités des élus » de 21 600 €, (tiens ce chiffre rappelle quelque chose..)
- un excédent de fin d’exercice 2007 de 340 000 €, soit 10% du budget de fonctionnement, dont seulement 100 000 € sont reportés en investissement.
- des travaux du Centre Ancien nécessitant une nouvelle rallonge de plus de 160.000 € (après 200.000 € votés fin 2006). Il est vrai que les cabinets d’étude, pourtant fort bien rémunérés, n’avaient pas signalé la présence d’une cave en un tel lieu : si au moins il s’agissait de la caverne d’Ali Baba !
Au lieu de prévoir les ressources strictement nécessaires au financement du fonctionnement et de l’investissement de l’année, et de s’attacher à respecter strictement l’équilibre, le budget reflète un mépris du contribuable, qui, croît-on, paiera toujours sans réfléchir, et une absence de sincérité dans les inscriptions et de rigueur dans la conduite des projets.
C’est pourquoi nous avons voté le 9 avril contre le budget 2008 de la commune.

13) Au cours de la campagne, ce site a reçu quelques dizaines de contributions et encouragements à publier ou non et deux courriels anonymes.
Le premier de marjoyan@…, qui évoquait des problèmes réels d’insécurité, n’a pas répondu à notre demande d’identification et n’a donc pas été publié.
Le second est d’un administré couard caché derrière un trèfle.4.feuilles@…, pour mieux manier l’insulte et la caricature.
Quelques-uns de ses reproches sur nos interprétations de la réunion publique méritent le détour :
- "Le camping privé et le lotissement qui ne sont pas prévus en Montagnette" et que les sortants disent ne pas savoir encore où installer alors qu’ils ont eu sept ans pour y réfléchir, nous rappelle l’école de 2001 qu’on va mettre quelque part et qui finit en Montagnette.
- "Le site n’a pas fait un résumé de la RP" (cela n’aurait aucun sens puisque le discours est sur un autre site), mais indiqué les lourds investissements prévus ou, dans le cas du collège et de la maison de retraite publique, devenus de simples sujets d’études, c’est-à-dire abandonnés en cours de campagne après des années d’annonces contradictoires.
- L’article sur "La famille non raccordée à EDF (cœur de pierre)" chagrine notre courageux anonyme, alors qu’elle pourrait intéresser son candidat qui annonce : « Nous vous accompagnerons dans vos moments de joie ou de détresse ». Contrairement à sa vision restrictive de l’information, nous ne trions pas nos messages à publier quand ils sont identifiés.
Le sien aurait pu l’être tout autant s’il avait donné identité et adresse au lieu de se réfugier derrière un masque.
Il n’aime pas notre site et vote Ichartel, c’est son droit.
Nous n’avons jamais caché notre désaccord avec la politique actuelle de la municipalité : Mettre sept ans pour ne pas faire une école, dégrader la Montagnette, refuser à présent un collège et une maison de retraite publique…, sont au contraire pour lui le signe d’une vision du long terme et d’un dynamisme enthousiasmant.
Il va pouvoir en profiter six ans et continuer à jouer au corbeau.


12) Le nombre de permis accordé en Montagnette fait problème.
… Mis en cause par la liste GRANIER pour l’urbanisation grandissante de la Montagnette, M. ICHARTEL a répondu lors de sa réunion publique qu’il contestait le chiffre de soixante permis, et il n’aurait pas dû.
Le nombre de permis de construire en Montagnette demandé pendant le mandat actuel est de cinquante, mais il faut y ajouter les trente-sept déclarations de travaux, ce qui donne un résultat encore plus élevé.
Chiffres qu’il faut corriger avec les dossiers classés irrecevable (5) ou sans suite (4) ou refusé (1), mais la majorité est accordée aux heureux bénéficiaires et la Montagnette a vu perdre pendant cette mandature près de 7 000 m2 de sa surface pour des constructions.
Parfois, le permis est accordé pour une simple maison de 160 m2 ou pour deux villas sur 241 m2 ou quatre logements sur 331 m2 ou un cabanon. Parfois il s’agit de la simple déclaration pour une piscine avec ou sans abri de jardin…
Soixante ou cinquante ou soixante-dix-sept, c’est un chiffre énorme de toute façon qui illustre parfaitement la dérive urbanistique de cette municipalité en Montagnette et dont les projets actuels vont aggraver définitivement la situation.
M. le Maire sortant a beau dire qu’il va protéger la Montagnette, il est déjà le quatrième Maire responsable d’une grave atteinte au patrimoine barbentanais.
Et il faut dire en plus que ces éléments statistiques ont été arrêtés en septembre 2007. Depuis, les demandes et les autorisations continuent, comme les réactions effarouchées et les discours endormeurs.

Maurice COURDON


11) La protection du patrimoine, premier devoir des élus, n’a pas été respectée pendant cette mandature.
… Les structures territoriales et politiques sont en train de changer.
Il y a l’Europe qui vote les directives, sorte de super lois que tous les états membres sont obligés d’appliquer, petit à petit elle élargit son domaine d’action.
Puis la région qui structure le territoire, pour l’Allemagne ce sont les lands. Chez nous, seule la région a la compétence pour organiser les transports interrégionaux, et par rail. Par chance, nous avons un dispositif ferroviaire qui est déjà en place, il suffira de le relancer.
Enfin, les différentes communautés : urbaines, d’agglomération, de communes, commencent de mettre en place une politique harmonisée.
De la place qu’occupera Barbentane, dépendra notre poids politique pour le siècle à venir.
J’ai, il y a sept ans, parlé de l’installation d’un collège à Barbentane : Châteaurenard et Tarascon sont saturés. Nous sommes à égale distance de l’un et de l’autre. Ce sont nos enfants qui doivent se lever le plus tôt pour se rendre au collège, qui manquent le plus de temps pour les devoirs et les loisirs.
D’autre part nos voisins du Vaucluse ont essayé, sans consultation préalable, de nous intégrer dans leur structure. Nous n’avons aucun intérêt à abandonner un département riche qui est le principal bailleur de fonds des communes, pour un département pauvre. Il est donc essentiel que le département vienne déposer une pierre angulaire, signe d’appartenance au Sud, sur notre territoire, le collège.
Il y a aussi la nécessité de construire une maison de retraite médicalisée : elle regrouperait la Raphaëlle et la maison de retraite de Châteaurenard. Elles sont trop petites l’une et l’autre pour permettre une gestion optimale.
Un collège c’est aussi de l’emploi. De nombreuses personnes, employées à l’éducation nationale résident déjà à Barbentane. Elles sont prêtes à demander leur mutation pour en finir, comme nos enfants, avec les temps de transports, et il restera des postes à pourvoir, surtout dans les tranches qui demandent un minimum de qualification, pour ceux qui souffrent le plus du chômage.
Le même scénario est applicable à la maison médicalisée.
Résider et travailler au village, c’est un plus pour le commerce local, une amélioration de la qualité de vie.
Pour cela nous avons besoin d’un maire qui investisse à bon escient, capable d’évaluer les coûts induits, de mise en place, d’exploitation, et qui conserve notre patrimoine. Pour l’avoir vécu de l’intérieur, ce n’est pas le cas du maire sortant, dans aucun de ces domaines.
Reste les dégâts irréversibles : Quand il s’est agi d’évaluer l’impact du projet LEO, j’ai constaté avec surprise que les deux enquêtes publiques niaient l’existence de la zone humide des caisses en bord de voie ferrée.
C’est cette zone humide qui alimente la lonne par diverses sources, et maintient le niveau de la nappe phréatique. J’ai du aller les répertorier avec un chasseur armé d’une serpe, je l’ai suivi avec mon sécateur, mes pataugas, ma combinaison de travail, dans les buissons plus ou moins denses. J’ai fait constater leur existence par un expert hydraulique. Dans la mesure où les dossiers d’enquête publique annoncent clairement qu’il peut y avoir tarissement de source, baisse de nappe phréatique, de végétalisation, il faut pouvoir prouver l’existence du système hydraulique de la commune. Sa disparition pourrait avoir des conséquences lourdes pour l’alimentation en eau des habitants de la plaine, et sur la stabilité des bâtiments.
Le paiement de l’expert a été pris en charge pour moitié par la mairie de Rognonas : Les caisses sont sur le territoire de Barbentane, l’autre moitié a été payée pour partie par mon association, le conseil municipal de Barbentane ayant refusé une subvention complémentaire, le solde a été comblé par un ami et moi-même.
Le sort des habitants du chemin d’Arles nous n’en parlerons pas… Il s’agit là d’un document d’intérêt général.
Pareillement, il n’y a eu pour refuser le passage de la LEO sous la voie ferrée par des trémies que de timides courriers municipaux. Elles sont pourtant à 100 m du déversoir qui va être construit sur la digue de la Durance, côté Rognonas, et qui met en danger toute la plaine, soit 2 000 personnes.
Cela mérite une sanction sévère.
L’intérêt général, tant en terme de sécurité des populations, de développement qu’en terme de protection du patrimoine, est le premier devoir des élus.
Ce ne fut pas le cas pendant cette mandature.
L’équipe GRANIER a aujourd’hui des projets de développement, d’investissement bien adaptés aux besoins et à l’avenir du village.
Je souhaite qu’elle ait la possibilité de les réaliser.

Jane LAMBERT élue municipale sortante


10) Le DDARD communique.
… Des élues de la majorité municipale racontent que « des enfants ont signé la pétition contre le projet scolaire en Montagnette ».
Cette information malveillante est erronée car tous les pétitionnaires sont majeurs et résidant à Barbentane.
La liste des signataires est à la disposition de toute personne intéressée pour consultation auprès de l’Association.


9) …Droit de réponse.

Information à la population barbentanaise

L’Association « Mieux Vivre à Barbentane » a été mise en cause sans possibilité de répondre dans le journal « La Provence » du 11 février 2008 d’une part, et dans le bulletin municipal « Du Haut de la Tour » de janvier 2008 d’autre part, au sujet du dossier Groupe scolaire sur la Montagnette. Nous nous voyons donc dans l’obligation de préciser à nouveau les raisons de notre opposition sur le lieu de ce projet et renouveler nos propositions non retenues jusqu’à ce jour.

De toute part des individus s’expriment sur le devenir supposé ou réel de l’école primaire de Barbentane.
Les enseignants n’ont de cesse de faire passer l’Association « Mieux Vivre à Barbentane » comme un groupe irresponsable et « contestant le droit aux enfants d’avoir une école décente ».

Or l’Association, elle aussi, est demanderesse d’une nouvelle école primaire. Mais pas n’importe où ! Il faut que cette école soit dans le village et d’accès facile. Nous avons fait diverses propositions qui n’ont pas été retenues.

L’investissement d’une école est sensiblement le même qu’elle soit implantée ici ou là.
Par contre, certains coûts n’ont pas été évoqués ou occultés :
- le rond-point devant le moulin,
- la largeur de la chaussée qui doit être accessible aux voitures de pompier et devant se croiser,
- les trottoirs larges en respect des règles de circulation piétonne,
- la navette scolaire,
- le bassin de rétention pour recueillir les eaux pluviales
- …,…

Par ailleurs, le bilan CO2 des rotations automobiles n’a pas été pris en compte.
A-t-on pensé au risque manifeste de dénaturer le caractère de ces lieux exceptionnels dans cet environnement au combien fragile ?

En outre interpellé dernièrement dans « La Provence » du 11 février 2008 par l’Association des Parents d’Elèves, nous précisons qu’il n’est nullement impossible de construire en zone PPRI, il suffit de respecter les normes techniques en fonction de la contrainte.
Dans le cadre de l’enquête publique, le recours devant le Tribunal Administratif est une procédure régulière et commune.
Pour toutes ces raisons et soutenus par l’ADER, Association de Défense de l’Environnement Rural, agréée par le Ministère de l’Environnement, nous sommes très réservés sur la réalisation de ce projet sur ce site.
Jean MATOSSY le 25 février 2008.


8) … Il faut parfois s’éloigner des personnes avec qui l’on vit pour se rendre compte qu’on les aime.
Et il en est de même avec le village. Barbentane, le Deyme, la Montagnette, le Cours... Tout cela me manque ! Il y a bien sur le rêve de pouvoir retourner au village pour la retraite... qui n’est pas loin, mais ce sont parfois les enfants qui décident.
Reste que l’on peut voter par procuration et c’est cela que l’on fait... car on reste de Barbentane.
Prenez le temps d’être heureux.

Michel.


7) Bravo et merci pour la qualité exceptionnelle du site, des informations de toutes sortes, témoignant d’un attachement émouvant au village de Barbentane.

S’agissant de "l’évolution du dossier Groupe scolaire", il m’apparait souhaitable de reproduire ici l’intitulé complet de l’Article 2121-30 du code général des collectivités territoriales : « Le conseil municipal décide de la création et de l’implantation des écoles et classes élémentaires et maternelles d’enseignement public après avis du représentant de l’état (donc le préfet) dans le département ».
C’est sur cette disposition non respectée (à 2 reprises en 2003 et 2005) que s’est appuyé le tribunal administratif pour annuler toute la procédure en Octobre 2007.
Le Maire a évidemment fait appel mais son recours sera examiné dans un délai de 7 mois... à 2 ans et demi. Même en obtenant gain de cause, c’est donc ce délai qui va obligatoirement s’appliquer puisque, contrairement à d’autres tribunaux (correctionnel par exemple), l’appel d’un jugement administratif n’est pas suspensif. De plus, à l’issue du jugement en appel, la saisine du conseil d’Etat par un pourvoi en cassation n’est pas à exclure.
La disposition contenue dans l’article précité est tellement simple qu’il semble difficile d’imaginer qu’elle puisse être occultée délibérément.
Mais si ce n’est pas le cas, cela constitue un cas flagrant d’incompétence, surtout, comme on a pu le constater dans ce dossier, elle est réitérée 2 fois. Il appartient à chacun d’en penser ce qu’il veut.
S’agissant de l’application (ou non) de la loi SRU (construction de logements sociaux à hauteur de 20% dans le cas des communes distantes de moins de 15 Km d’une agglomération (c’est le cas de Barbentane), le paiement délibéré des amendes (40 000 € par an pour notre village) ne peut être envisageable que s’il y a une véritable consultation de la population (c’est elle qui paie non !). Certaines villes ont organisé un référendum dans ce but.
Une dernière précision à ce sujet : un sondage - trés partiel pour l’instant - effectué sur le site de l’équipe municipale sortante actuelle montre que 63% des intervenants sont "trés favorables" à l’édification de ces logements. Alors ?

G. D.


6) Cette histoire pourrait s’intituler « Cœur de pierre ».
… Il y a vingt ans environ, j’ai installé ma famille en caravane sur un terrain qui m’appartient, dans un des agréables quartiers de Barbentane. Mon voisin, logé à la même enseigne, a obtenu sans difficulté l’autorisation de M. le Maire pour se relier au réseau EDF et je fais la même démarche.
Ma demande se voit opposer un refus sans explications.
Le soir l’été, nous admirons de loin les illuminations du clocher et de la tour ou parfois les reflets de l’éclairage des rues sous les nuages, en se disant que le monde est curieusement fait : « certains gaspillent l’électricité pour des plaisirs bien compréhensibles, dont ils profitent rarement puisqu’ils dorment, pendant que d’autres s’éclairent à la bougie, sans pouvoir soigner leur enfant ! »
Car, nous en aurions eu pourtant bien besoin de l’électricité.
En effet, à cette époque, nous devons régulièrement transporter notre fille à l’hôpital d’Avignon, pour des séances respiratoires pendant ses crises d’asthme. Lorsque le docteur nous signale que ce va-et-vient est dangereux pour l’enfant et qu’un appareillage spécial sur place serait mieux indiqué, j’ose à peine lui expliquer pourquoi nous n’avons pas l’électricité.
Le médecin, qui dit en avoir vu d’autres, rédige alors une lettre circonstanciée à M. le Maire pour expliquer la situation d’un cas qui lui semble mériter considération.
Sans enthousiasme mais avec espoir, je me présente un beau jour en Mairie en me disant qu’un rêve devient parfois réalité.
Après une brève lecture de la lettre si précieuse, le Maire répond : « Des faux papiers comme celui-là, je peux vous en faire autant que vous voulez ! Sortez d’ici… ».
Je ne suis pas homme à me lamenter, ni à réclamer. Le sort du pauvre, je connais, c’est presqu’une habitude.
En silence et penaud, j’ai repris les chemins de l’hôpital avec une boule à l’estomac…
Les années ont passé et, bonne nouvelle, ma fille va mieux, je voulais vous le dire à vous barbentanais.
Mais ma famille n’est plus parmi vous. J’ai préféré ne plus vous gêner et l’emmener loin dans la Drôme, là où les poumons peuvent respirer une autre atmosphère.
Mais je n’ai pas de rancune, seulement une immense tristesse pour ceux qui parmi vous ont un « cœur de pierre ».

A…


5) … Laissez-moi vous dire qu’il est bon de changer les élus de temps en temps.
Surtout quand les mécontents le sont de plus en plus avec raison. Mais il arrive souvent aussi que les nouveaux oublient leurs promesses et leurs électeurs une fois élus. Qui nous prouvent que ce ne sera pas le cas une fois de plus ?

D…


4) … Je veux depuis quelques années aménager un logement annexe à mon habitation. Cela s’apparente à un parcours du combattant tant le labyrinthe paperassier est complexe, surtout si les conseils de départ ne sont pas bons. Comme il a fallu deux ans pour obtenir les éléments et les dossiers pour la bonne démarche à suivre, je ne vous raconte pas les déboires, les échecs, le temps et les frais téléphoniques, le découragement et les démarches inutiles. Rien n’est encore réglé et le sera peut-être un jour, mais s’il faut souligner l’excellent accueil municipal, autant du Maire que des employées, il faudrait peut-être simplement penser à améliorer l’efficacité des services.

Titan.


3) … Merci et bravo, votre site est sensationnel.
- Il est clair, net, chiffré, daté, précis et j’apprécie de pouvoir suivre grâce à lui, l’évolution des dossiers des grands travaux, écoles, logements sociaux, parkings, LEO.
- Pour la campagne municipale en cours, quelques questions d’actualité :
* le stationnement et la circulation dans le centre
* l’état de la montagnette, je marche beaucoup, du cimetière à Voulongue, aux Carrières, les arbres sont malades, ils sont noirs, à moitié morts.
* le marché en bas le vendredi ne va pas tenir, le nombre des commerçants se réduit, ils réalisent un chiffre d’affaires insuffisant et pour certains nul.
Le village se meurt.

Béatrice


2) … Je viens de lire sur ce site tout l’historique concernant l’école primaire...
Bien qu’habitant et votant ailleurs, je reste attentif à ce qui se passe dans mon village.
Je n’avais pas signé la pétition lors d’un de mes passages à Barbentane mais le coeur y est.
En tout cas, bravo pour tout ce travail qui me permet de rester informé autrement que par le canal officiel.

Emmanuel


1) … La Mairie et les parents de l’APE laissent entendre que le projet d’écoles sur la Montagnette est dans l’intérêt des enfants. Peut-être !
Mais ils vont bientôt s’apercevoir qu’ils ont été utilisés, pour ouvrir les portes à l’urbanisation du massif.
Les projets immobiliers des sortants sur le quartier Bassette, comme sur celui des Espidègles, sont de douces folies… Exemple concret : Allez voir la Montagnette de Villeneuve-les-Avignon.
Barbentane voit sa Montagnette livrée à la spéculation foncière.
Parents de l’APE, réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard !

Magdeleine


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page