Vous êtes ici : Nature > Espaces de bonheur > Monuments symboliques
Monuments symboliques

La Tour Anglica

Elle est de loin le premier témoin symbolique de la cité de Barbentane.

Par son âge, car cette dame du XV° siècle a vu défiler les hommes à ses pieds pendant 8 siècles.

Par sa hauteur, assez faible avec 28 m seulement, mais située sur un promontoire naturel, elle voit toute la plaine et la montagnette d’un seul regard circulaire.

Par son drapeau girouette, elle est la référence en matière d’orientation des vents du lieu.

Par l’existence de ses vieux murs, elle est un défi au temps qui court.

Par son histoire d’ouvrage protecteur, elle en conserve toujours les effets.

Par sa place dans l’espace, elle est le signe de la proximité du bourg et sa reconnaissance.

Par sa forme singulière, elle constitue une représentation imagée de la communauté qui y vit.

Par son environnement immédiat, fait d’une pinède accueillante et tranquille, elle a un caractère particulier qui oblige son maintien, son respect pour ne pas briser le charme de l’ensemble.

Et pourtant, elle est entachée d’une anomalie de la municipalité Sarrasin y construisant la maison de retraite publique... Ce qui a dégradé définitivement son cadre et accru une circulation dommageable.

Cette agression immobilière est une atteinte symbolique au patrimoine commun.

Le Moulin de Bretoule

Pour représenter le village sur un document informatif, le Moulin de Bretoule a souvent une place de choix. Il est lui aussi une figure symbolique de la communauté. Il représente pour chaque barbentanais une image inscrite au plus profond de lui-même, lui rappelant son appartenance, sa place et l’évolution des choses, dans un cadre magnifique.

Sur son rocher, il évoque l’époque où une multitude de ménagers et paysans, conduisant nombre d’animaux chargés de sacs, y apportaient leurs céréales. Actionnée par des mécanismes complexes, la grosse pierre écrase les grains, et donne la farine destinée à fabriquer le pain quotidien.

Monument privé chargé d’histoire seigneuriale ou artisanale, il sert de toile de fond à de nombreuses cérémonies et fêtes, de lieu de promenade aux familles et aux enfants, de point de ralliement aux amoureux de la nature, de référence géographique aux randonneurs, d’interrogations sur ses origines, sa vie et les raisons de sa fermeture.

Moulin posé sur la colline en 1774, il a fait tourner ses ailes au mistral, à côté de bien d’autres, à une période agitée jusqu’à ce que la nécessité économique implacable, pousse en 1845 le bègue meunier ruiné à la pire des solutions.

Cette fin misérable et pénible ajoute à l’émotion que l’on ressent à son approche. Le site au milieu duquel il est placé est remarquable par son environnement, sa vue alentour. Lui reste là, comme un témoin discret d’une histoire passée et gardien d’une voie antique passant à sa proximité.

Et pourtant, il est entaché de deux anomalies de la municipalité Frin autorisant la construction d’un logement au pied du moulin et d’un lotissement quelques mètres plus loin... Ce qui a dégradé définitivement le cadre et impose un regard oublieux de ces ouvrages polluant l’ensemble.

Ces agressions immobilières sont une atteinte symbolique au patrimoine commun.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page