Vous êtes ici : Environnement > Cupidum argentum > Assurer moins pour gagner plus
Assurer moins pour gagner plus

Sous le terme prometteur de « Sécurité financière », la loi 2003-706 du 1er août 2003 a modifié les conditions d’assurance en cas de gros sinistre. Les assurés n’ont sans doute pas fait très attention à ce changement de leur contrat qui exclue ou plafonne quelques garanties des anciennes ou nouvelles catastrophes naturelles et technologiques !

Ainsi, grâce à ce nouveau code : « l’assureur ne couvre pas l’assuré contre les conséquences pécunières des sinistres s’il peut établir que l’assuré avait connaissance du fait dommageable à la date de souscription de la garantie. » Décodage : Si l’assuré à une maison située dans une zone inondable et qu’il n’a pas informé son assureur, en cas d’inondations, il ne pourra rien réclamer auprès de l’assureur ! Ni à l’Etat, mais la commune et le maire seront en première ligne…

Mêmes effets pour les dommages causés par une incendie, l’amiante, la radioactivité, les O.G.M.…, dorénavant exclus du contrat.
Idem si deux sinistres de même nature ont lieu dans la même année…
Ou alors, il faut renégocier les contrats et là, le montant des cotisations est plus salé ou le contrat refusé. Exemple : La maison qui a pour voisin la société Socatri au Tricastin !

Aussitôt décidé par le législateur (Eh oui, il y a eu accord assurance, gouvernement, députés…), chaque assuré a vu arriver un avenant à ses contrats d’assurance et n’a peut-être pas compris comment les assurances venaient d’obtenir d’écarter définitivement les gros risques trop coûteux que les compagnies de réassurance ne veulent plus assumer.
Les assurances classiques deviennent ainsi des passoires et vont y perdre leur crédit (moral seulement !), mais elles se rattrapent avec un discours vertueux et des conseils de prévention en tous genres relayés au plus haut niveau : Campagne contre l’alcool, la drogue, le tabac, l’obésité… Tout ce qui permet d’éviter les risques au nom de la santé ou de la sécurité de tous, bien entendu.
Sans le risque, il y a en effet plus de plaisir, et encore plus de bénéfices pour les assurances !

À quand l’impossibilité d’assurer son véhicule, sous prétexte que la route est dangereuse et qu’on le savait ?
Quand au sinistré dans une zone à risque, il lui sera en plus impossible de revendre le bien ou d’y aménager à nouveau.
Traduction : Dans les zones inondables de la plaine ou dans celles de la Montagnette menacées par les incendies, en cas de sinistres (inondations ou feux), il ne restera que les yeux pour pleurer.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page