Vous êtes ici : Environnement > Science sauve qui peut > Ondes pas pures
Ondes pas pures

La situation barbentanaise est trop grave
pour être traitée à la légère et pourtant…
Plusieurs questions se posent
et attendent toujours des réponses sérieuses :

1) Pourquoi une étude partisane des champs électromagnétiques ?

Ainsi, dans le bulletin municipal de juillet 2011 (extraits ci-dessous), les élus d’opposition ont reposé la question d’une étude indépendante :

Et le maire a répondu que l’étude payée par l’opérateur lui-même est non seulement indépendante, mais démontre que le champ électrique est inférieur au niveau de référence, c’est-à-dire à la norme officielle, donc tout va bien !

2) Le Barbentanais baigne-t-il dans un brouillard
électromagnétique à l’insu de son plein gré ?

Comme le maire se satisfait de ce que lui disent les experts au service des opérateurs, les élus d’opposition ont perdu tout espoir du côté municipal et ont demandé au site « barbentane13 » de réaliser ensemble une étude citoyenne pour la période de 2001 à 2011 sur :
- Les installations qui émettent des champs électromagnétiques sur le territoire de Barbentane.
- Les lieux où elles se situent et leurs limites d’impact.
- Les personnes décédées au village atteintes de maladies d’Alzheimer, cardiaque, cancer et leucémie, soupçonnées d’être favorisées par ces champs.

Puis de rassembler tous ces éléments sur une carte illustrant la localisation des installations et des personnes décédées.
Pendant de nombreux mois, à partir des bases de données du site « barbentane13.free.fr », une vingtaine de personnes que nous remercions, ont effectué un travail confidentiel de recherche en utilisant les études déjà réalisées sur ce sujet (Voir les articles dans la rubrique Environnement > Science sauve qui peut et plus particulièrement :
5 - Attention à votre ligne surtout en cas de haute tension
6 - Barbentane est un village rayonnant
La menace insidieuse des OPP
Les adeptes du "fanau" sont toujours en attente

Ce travail a porté sur les maladies connues dont étaient porteurs les barbentanais décédés : Alzheimer (23 personnes), maladie cardiaque (70 personnes), cancer ou leucémie (105 personnes). Ont été écartées les personnes qui résidaient ailleurs, celles atteintes d’une autre affection ou celles dont sont ignorés lieu et maladie.
Ainsi, malgré les difficultés d’une étude bénévole et non scientifique sur les 422 personnes décédées dans la période, 198 ont été répertoriées comme atteintes de ces maladies et des points de couleur les représentant ont été placés sur la carte du village, tout comme les installations émettrices de champs électromagnétiques. Et cette carte en dit beaucoup plus qu’une étude municipale gratuite, même si de nombreuses personnes n’y figurent pas, ce qui ajouterait à la gravité du diagnostic…
Bien sûr, il ne faut pas imaginer qu’une cause unique soit à l’origine des ces maladies, c’est d’ailleurs ce qu’affirme et qu’affirmeront les experts pour qui le principe de précaution n’est qu’empêchement de vendre et que nous laisserons à leur commerce. Mais, le résultat de cette recherche nous a permis de découvrir avec inquiétude que la totalité du territoire est couvert par des champs électromagnétiques divers dont le rayonnement peut affecter les personnes sensibles vivant à proximité surtout quand le hasard manque de pertinence.

Plan localisant les 198 personnes décédées de 2001 à 2011
et les installations électromagnétiques au village.

Les trois traits de couleur jaune indiquent le lieu de passage des lignes électriques Haute Tension EDF et SNCF. Les limites d’impact de ces lignes ne sont pas indiquées ici, mais il faut savoir qu’une ligne de :
➢ 400 000 volts a un effet maximum sur une distance de 200 m de part et d’autre et une limite d’impact à 1 km.
➢ 50 ou 60 000 volts a un effet maximum sur une distance de 30 m de part et d’autre et une limite d’impact à 180 m.
Et à ces lignes aériennes visibles, il faudrait ajouter les lignes souterraines invisibles enfouies dans certains quartiers, y compris en Montagnette. Elles ont l’avantage de ne pas polluer le paysage, mais l’inconvénient d’émettre aussi des champs électromagnétiques dont "profitent" davantage les enfants et animaux plus près du sol…

3) Pourquoi refuser une étude indépendante
sur les effets des antennes relais ?

Lorsqu’en mai 2009, sur la proposition des quatre élus d’opposition, le conseil municipal de Barbentane vote l’étude des émissions des deux antennes relais des arènes, c’est à l’unanimité qu’est votée la proposition. S’il faut remercier les élus d’opposition pour leur initiative, il faut saluer les autres élus qui l’ont approuvée et souhaitée.
Or, il faudra attendre plus d’une année et de nombreux rappels par les élus pour que le maire décide enfin de réaliser en juillet 2010 une étude gratuite. Et elle ne satisfait que ceux qui ont confiance aux opérateurs. Le résultat n’a d’indépendant que le nom et les installateurs peuvent ainsi ignorer la réalité ou se moquer du "fantasme" des riverains inquiets devant un débat qui les dépasse sur des normes problématiques ou non et surtout pour leur santé.
Car, aux côtés de ces installations extérieures aux habitations, il y a aussi les émissions électromagnétiques des appareils à l’intérieur des logements ou portées par les utilisateurs :
- le four micro-ondes qui participe à une ambiance rayonnante dans la cuisine ou l’écoute-bébé dans la chambre.
- le téléphone portable sans oreillettes ou souvent collé au corps et surtout les téléphones sans fil d’intérieur dont on découvre chaque jour les effets catastrophiques sur la santé des utilisateurs non avertis.
- le wifi dont beaucoup d’ordinateurs, iPad, iPhone, iPod…, sont équipés qui émet sans discontinuer s’il n’est pas désactivé et irradie autour d’eux. Il y en a une trentaine autour du Cours où les habitants reçoivent sans le savoir des rayonnements qui vont devenir encore plus puissants avec la nouvelle wifi 3G, même pour les voisins non utilisateurs.
Ainsi, comme l’animal, l’homme moderne devient un porteur de balises (wifi, GPS, Argos, portable, carte ou bracelet ou puce électronique…), bientôt greffées dès la naissance afin qu’ils n’échappent pas à la marchandisation contrôlée non avouée et tant pis pour leur santé s’ils supportent mal ce voisinage imposé !

D’où l’intérêt d’une étude sérieuse aujourd’hui refusée, qui oblige les citoyens à prendre eux-mêmes leurs affaires en main, avant qu’il ne soit trop tard, et à poser des questions aux autorités municipales, mais aussi médicales, administratives, politiques et aux opérateurs :

4) Pourquoi est-il interdit d’installer des antennes relais
"inoffensives" près des écoles pour protéger les enfants, alors
qu’elles sont autorisées près des habitations où ils vivent ?

Des contradictions qui devraient interpeller les responsables soucieux de la santé de leur population !

Si la limite d’impact des antennes relais est située à une distance d’un kilomètre de l’installation, pourquoi l’école des Moulins est à 600 mètres de celles des arènes ?

5) Pourquoi dans ce village 25 % des personnes décédées ont un
cancer ou une leucémie et beaucoup d’habitants en sont
aujourd’hui affectés dans leur vie et leur famille ?

Les habitants se demandent les éventuels effets d’une influence électromagnétique, et nombreux sont ceux qui la rendent responsable de leurs graves maladies…
Si, informées, ces personnes ont la possibilité de modifier l’usage de leurs outils personnels autour d’elles, elles ont aussi besoin de savoir que les installations extérieures ne présentent pas des dangers et attendent donc des réponses assurées à des questions complexes.
Surtout que de récentes études révèlent que sous l’avalanche d’ondes magnétiques pulsées émises par un courant alternatif, les barrières protectrices des neurones du cerveau se détériorent, et les cellules humaines qui fonctionnent en courant continu se fracturent, perturbant les informations transmises dans les programmes de copie et reproduction de l’ADN.
Ainsi, les nouvelles cellules connaissent des dysfonctionnements ou ne se renouvellent pas en provoquant des troubles divers et à la longue de graves maladies…

Au village, le décès pour cause de vieillesse "tranquille" n’est constaté que pour seulement 10 % de la population !
Aussi, la situation inquiète sur les causes des maladies des 422 personnes décédées.
Mais au cours de l’étude, nous avons aussi découvert une situation qui n’annonce rien de bon car de très nombreux habitants sont aujourd’hui gravement malades des affections indiquées précédemment. Celles et ceux qui en souffrent aujourd’hui se posent toujours des questions sans réponse.

6) Qui fixe des normes aussi élevées ? Pour protéger qui ?
L’Europe conseille la norme 0,6 V/m, pourquoi Barbentane refuse ?

Surtout que, quand les opérateurs parlent de puissance, ils ne parlent pas de la puissance reçue par le public mais de la puissance de l’émetteur, par exemple 40 Watts. Or, une antenne relais de 40 W concentre l’énergie de manière horizontale et cette puissance est capable d’atteindre 150 W sur certains points chauds, c’est à dire plus de 6 V/m de puissance reçue, 10 fois la limite maximale préconisée (0,6 V/m). Autrement dit, ce n’est pas la puissance nominale qui compte mais, comme tous les électriciens le savent, la puissance reçue, c’est à dire la puissance avec gain.
Par ailleurs, la confusion est entretenue sur la prétendue similitude entre les ondes continues de la radio ou télévision ou du champ magnétique naturel terrestre et celles pulsées de la téléphonie mobile qui n’ont pourtant rien à voir, ni en type d’ondes, ni en fréquence, ni en intensité, ni en conséquence sur la santé.
Cette inquiétude est renforcée par la recommandation européenne, que les responsables français et barbentanais dédaignent, qui propose de fixer les normes officielles à un seuil de 0,6 Volt par mètre, jugé inoffensif, au lieu des 28 à 61 V/m des installations actuelles, normes derrière lesquelles s’abritent les opérateurs.

Cette étude va donc se poursuivre et sera suivie d’autres initiatives.



Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page