Vous êtes ici : Nature > Faune et flore > Faune importante
Faune importante

Faune de notre territoire

Depuis quelques années, l’attention des humains se portent davantage sur l’existence des espèces animales et végétales qui vivent naturellement autour d’eux.

La faune y est nombreuse : colombe, lapin de Garenne, lièvre, faisan, grive, perdrix rouge (d’élevage), pigeon, ragondin...

Des oiseaux aux noms évocateurs : alouette, bec-croisé, bruant, chardonneret, coucou, fauvette, gobemouche noir, grasset ou pipit, gros-bec, hirondelle, huppe, loriot, martinet, merle, moineau domestique ou friquet, passereau, pigeon, pinson, roitelet, rossignol, rousserolle turdoïde, tourterelle des bois, traquet ou cul blanc, troglodyte mignon, verdier...

Quelques espèces sont particulièrement protégées : bergeronnette, buse, chauve-souris, chouette, écureuil, faucon crécerélette, guêpier d’Europe, hibou, mésange à tête bleue - noire - charbonnière à longue queue - huppée, milan, rouge-gorge, rouge-queue, sitelle...

D’autres sont dites nuisibles : agasse ou pie grièche à tête rousse, blaireau, campagnol, corneille, étourneau, geai, mulot, rat musqué, renard, souris...

Il y a ceux qui rampent : aspic, orvet, couleuvre de Montpellier, rassade ou lézard limbert - petit ou vert ou long gris...

Il y aussi les amphibiens, batraciens et gastéropodes : crapaud, escargot, grenouille, limace, mourguette blanche accrochée en grappe sur les herbes sèches en été, salamandre, triton...

Et bien sûr les insectes : aoûtat, araignée, abeille, bousier sisyphe, cabrian, capricorne, chenille, coccinelle, criquet, fourmi, frelon, grillon, guêpe, luciole et lampyre (ver luisant), mouche, moustique, papillon, puce, punaise, sauterelle, scarabée sacré, scorpion, tique..., d’innombrables coléoptères et la cigale “cacan” en concert gratuit tout l’été qui, après quatre à six ans de vie de larves en sous-sol, vient faire partager son universelle joie de vivre. La femelle va se nourrir de sève dans l’écorce d’un arbre (c’est pourquoi la sécheresse ne la gêne pas) et pondre quelques centaines d’oeufs, devenant larves à l’automne puis s’enterrant avant de muer. Le mâle va jouer de ses cymbales ventrales et striduler sa bruyante cantate amoureuse ou alerteuse, interrompue brusquement aux moindres mouvements d’un intrus.

Une abondante faune, signe de vie, mais qui est parfois considérée comme concurrente dans nos jardins, menaçante dans nos cultures ou loisirs, victime dans nos attitudes alimentaires et rarement compagne ou participante à notre existence commune.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page