Vous êtes ici : Nature > Ciel > Les souffles d’Eole
Les souffles d’Eole

Des alliés parfois encombrants car, d’après la tradition,
le Mistral serait un des trois fléaux de Provence !

Le Mistral et la Tramontane sont frais et secs

Le Mistral ou "maître en provençal", ce premier fléau de Provence avant le Parlement d’Aix et la Durance, et la Tramontane ou "qui traverse les montagnes", deux vents fous soufflant du Nord vers le Sud chaque fois que la Méditerranée est plus chaude que la terre de Provence, sont créés par une dépression entre la région lyonnaise et la mer.

Ils peuvent balayer le ciel et la plaine pendant des mois, agréables l’été lorsqu’il fait très chaud, glaciaux l’hiver et pénétrant partout, provoquant dégâts sur les toitures, dans les champs et sur les arbres.

Après une bonne pluie, nécessaire et indispensable dans nos contrées où le soleil règne en maître, ils sont les bienvenues, apportent un peu de fraîcheur ou assèchent l’air, suivant la période et son orientation, mais deviennent pénibles quand ils durent plus qu’il ne faut.

Le Marin est chaud et humide et la douceur maritime se fait parfois violence

Le vent du sud ou ceux de l’ouest comme la traverse d’Autan sont en général modérés, et amènent pluies et douceurs. En certaines périodes, les remontées maritimes vers les monts cévenols et alpins donnent des pluies diluviennes. C’est alors un épisode pluvio-orageux intense, localisé ou généralisé sur une partie du Sud-Est.

Phénomène méditerranéen classique lié à une perturbation provenant d’une collision entre des masses d’air froid sur ces montagnes, et de l’air chaud provenant de la Méditerranée, saturé en humidité.

Ces précipitations sont soudaines, avec de très gros volumes d’eau dans une courte durée (quelques heures à 2/3 jours) et accompagnées d’éclairs et de tonnerres impressionnants.

Par sa disposition géographique au confluent du Rhône et durance (micro-climat et vents contraires sur les cours d’eau), sa position au nord d’un massif (arrivée de masses nuageuses moins chargées car soulevées par le massif sud et libérées sur la montagnette), les phénomènes maritimes subissent quelques perturbations qui réduisent souvent leurs impacts sur le village.

La fraîcheur nordiste a aussi son tempérament.

Le mistral venant du Nord et la tramontane du Nord-Ouest soufflent 125 jours par an entre 30 et 120 km/h. Nés d’une différence de pression atmosphérique entre les sillons alpins ou rhodaniens et la mer Méditerranée, ils apportent en général le beau temps, en chassant les nuages et nettoyant l’air de son humidité. En période de crues et d’inondations, ils peuvent faire évaporer et retirer les eaux en quelques heures.

Mais, en passant sur les monts enneigés, ils rafraîchissent la température et, par leur force, la font pénètrer allègrement dans les habitations. Un mistral à 120 km à l’heure en rafales, c’est une puissance dont on ne peut que chercher à se protéger.

Ces dernières années, la climatologie nous a réservé quelques surprises désagréables en matière de vents. La dernière en date remonte à novembre 2004 où le mistral a battu des records à 140 km/h. C’est alors une tempête et mieux vaut qu’elle souffle le jour plutôt que la nuit, ne pas avoir un toit fragile ou des tuiles mal fixées, des arbres proches et des haies trop fermées, une maison mal isolée ou un chauffage défectueux... L’alimentation électrique peut être perturbée et poser de nombreux problèmes dans une société où le tout électrique est la norme.

Eole n’est pas toujours bon prince et son caractère capricieux force le respect.


Contacts | Espace privé | Mise à jour le 2 mai 2013 | Plan du site | Haut de Page